Quand la précarité va, tout va !

vendredi 1er octobre 2010

- Contractuel-les enseignant-es : le rectorat de Lille a décidé de faire une nouvelle fleur aux contractuel-les enseignant-es qui travaillent dans l’académie. En effet, ces personnels jouent un rôle essentiel pour pallier les insuffisances des dotations accordées par le ministère de l’ Éducation Nationale et le manque de TZR. Le rectorat a donc décidé de ne pas les rémunérer durant les vacances : les contrats se termineront le dernier jour de classe et recommenceront sitôt les vacances terminées. On ne peut que
saluer cette décision ; le rectorat a courageusement mis fin au régime inique mis en place par ces gauchistes du Front Populaire ! Des congés payés ? Et puis quoi encore ?

Que nos collègues s’estiment heureux qu’on daigne les embaucher avec des contrats léonins, dans un climat de précarité savamment entretenu, afin qu’ils / e les n’osent pas trop se plaindre ! La mesquinerie n’ayant pas de limite pour notre hiérarchie, il nous incombe de défendre nos collègues qui sont ainsi mis en difficulté pour que le ministère de l’Éducation Nationale économise des queues de cerises et que la rectrice puisse briller devant ses autorités de tutelle.

SUD éducation 59/62 est à l’origine d’un courrier intersyndical sur cette situation (voir ci-dessous).

C’est pour nous et les contractuel-le-s concerné-es, le début d’une mobilisation pour faire reconnaitre les droits des personnels précaires.
Même si notre revendication de titularisation sans condition n’a pas été retenue nous attendons avec impatience la réponse de Mme la rectrice.

- Contrat unique d’insertion : dans de nombreuses académies, les contrats aidés sont revus à la baisse faute d’argent. Les contrats sont ainsi limités en temps, voire réservés aux personnes les plus en difficulté (on met ainsi en concurrence les gens selon la durée de leur chômage). Les plans de licenciement se multiplient comme on a pu le voir en Midi Pyrénées.
Dans l’ Académie de Lille, il semble que ces contrats aient encore de beaux jours devant eux, même si les chefs d’établissement semblent être encouragés à faire tourner les effectifs. Cela laisse de nombreuses personnes sur le carreau (notamment les plus âgées). Il n’est cependant pas certain que cela dure et on risque alors d’assister à un nouvel épisode de dégraissage massif justifié par de basses et stupides raisons budgétaires.


Documents joints

Courrier intersyndical contactuel-les (...)
Courrier intersyndical contactuel-les (...)

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois