RÉPRESSION MILITANTE EN ALGÉRIE

vendredi 17 décembre 2010

Mourad Tchiko, membre du bureau national du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP), est pompier, employé à la Direction Nationale de la protection civile. En décembre 2004, il a osé organiser un sit-in de protestation devant sa caserne pour dénoncer les conditions de travail et les salaires indignes que subissent
les travailleurs de son corps, en respect du droit syndical algérien. Pour cela, il a été suspendu sans solde il y a bientôt six ans et, depuis, les autorités font durer la procédure légale de contestation de cette décision arbitraire*. Aujourd’hui, M. Tchiko subit une seconde sanction arbitraire. Les autorités algériennes refusent de renouveler son passeport parce qu’il a été suspendu, un refus verbal non notifié par écrit . Cela constitue donc une atteinte supplémentaire aux droits fondamentaux de M. Tchiko, en principe garantis par la Constitution algérienne. À ces deux premières formes de déni du droit, s’ajoutent ceux du droit à la libre circulation et à la libre expression, puisqu’il s’agit de museler un syndicaliste intègre. La manoeuvre ne trompe personne et démontre seulement que le pouvoir algérien est un pouvoir répressif qui nie les droits et les libertés de ses citoyens. Le CISA ( comité international de soutien au syndicalisme autonome algérien) dénonce cette surenchère répressive et liberticide et soutient pleinement au niveau international la campagne de la Commission nationale algérienne pour le soutien de Mourad Tchiko.

* Voir la lettre de l’Internationale des services publics au président algérien Abdelaziz Bouteflika : « Abus des droits fondamentaux de M. Mourad Tchiko », Ferney-Voltaire, 25 janvier 2007 (disponible à l’adresse : http://www.algeria-watch.org/pdf/pd...).


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois