LES TZR N’ONT PAS ENCORE ASSEZ SOUFFERT !

vendredi 28 janvier 2011

Étrennes rectorales : la fusion des zones de remplacement, ou une dégradation sans précédent des conditions d’exercice des personnels remplaçants du second degré.
Les TZR (Titulaires de Zones de Remplacement) doivent, dans le second degré, assurer les missions d’un remplacement de qualité des personnels enseignants. Or il semble que cette qualité, tout en étant exigée des TZR, soit subordonnée à son coût, considéré comme trop onéreux par le ministère et le rectorat de Lille. Et l’option choisie est de réduire drastiquement le nombre des TZR, quitte à rendre leur conditions d’exercice impossibles. Ainsi, après avoir rogné drastiquement les ISSR (Indemnités de Sujétion Spéciale de Remplacement) qui prenaient en compte les difficultés inhérentes à ces missions ; après avoir affecté nombre de TZR sur des postes éclatés (sur 2 à 4 établissements) en contradiction avec la réglementation ; après avoir affecté quantité de TZR hors de leur discipline en contradiction là aussi avec la réglementation ; voilà que, considérant sans doute que les TZR ne voyageaient pas assez, le rectorat a annoncé aux élu-es des personnels (à la mi-décembre) son intention de fusionner les zones de remplacement.

Sans entrer dans les détails de ce projet, ces zones passeraient de 15 à 6. Un-e TZR affecté dans la zone centrale (qui fusionnerait les zones de Béthune/Bruay-Lens/Hénin/Liévin-Arras/Saint-Pol-sur Ternoise) pourrait alors, avec la possibilité d’affectation en zone limitrophe, se retrouver n’importe où dans l’académie.
Le rectorat fait donc sciemment le choix d’une dégradation sans précédent.

Tous les élu-es des personnels et des organisations syndicales se sont mobilisés immédiatement et proposent une pétition (voir le site : sudeduc5962.lautre.net) et demandent prestement une audience maintes fois sollicitée sur les situations de travail des TZR. À nous tou-tes de faire le reste : informer et nous mobiliser.

Les besoins en titulaires pour les remplacements se font de plus en plus criants. Ce projet dégrade les conditions de travail des TZR en les précarisant et risque de démotiver encore plus les « vocations ».
SUD éducation 59/62 considère que ce projet est une nouvelle pierre à l’édifice global de la précarisation (notamment en substituant aux TZR des contractuel-les précaires) et une nouvelle atteinte aux conditions de travail de l’ensemble des personnels du service public d’éducation. Cela s’inscrit évidemment dans la casse généralisée de ce service public.
SUD éducation 59/62 exige donc l’abandon de ce projet, le recrutement en nombre suffisant de titulaires pour que tous les remplacements puissent être couverts et, a minima, le respect de la réglementation actuelle. À nous de nous faire entendre et de faire plier le rectorat !


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois