VOGUE LE PRECAIRE

vendredi 28 janvier 2011

Depuis peu de temps, de nombreuses personnes embauchées sur des contrats précaires de type CUI (Contrat Unique d’ Insertion) se sont vu signifier la fin de leur contrat, même celles qui avaient signé une convention, synonyme a priori de reconduction. En effet, le rectorat et la préfecture arguent de l’absence des financements nécessaires pour reconduire ces contrats. L’État a résolu de faire des économies de bouts de chandelles sur ces personnels, pourtant essentiels au bon fonctionnement de nos établissements. De plus, pour être éligible au CUI, les conditions sont de plus en plus drastiques : on instaure ainsi une sorte de concurrence entre les personnes les plus en difficulté socialement, et les contrats sont de plus en plus courts afin de pouvoir les arrêter en cas de diminution subite des financements. On transforme ainsi des collègues en variables d’ajustement avec un mépris total pour leurs conditions de travail et de vie.

L’Académie de Lille, elle, montre un talent certain pour compliquer la vie des personnels. Ainsi, des personnes se sont vu annoncer la reconduction de leur contrat à une date ultérieure sans leur préciser laquelle. Le service en charge des CUI (bien évidemment injoignable ; peut-être ont-ils également viré les gens qui s’en chargeaient ? ) refusait de délivrer à ces personnes les papiers nécessaires pour avoir le droit aux ASSEDIC et leur demandait de sagement attendre qu’il les rappelle ! Il est évident que les personnes en CUI, souvent en grande difficulté sociale, ont épargné suffisamment d’argent pour pouvoir attendre un hypothétique coup de fil. Cette attitude est scandaleuse : le refus de délivrer l’attestation ASSEDIC est illégal et le rectorat semble croire que les banquiers sauront se montrer compréhensifs. Face à ces pratiques indignes, nous devons soutenir les collègues concernés pour qu’ils/elles puissent faire valoir leurs droits, mais aussi pour qu’ils/elles obtiennent une réelle reconnaissance de leur travail, et cela passe par une réelle formation et l’acquisition d’une réelle qualification.

Sud éducation 59/62 a proposé aux autres organisations syndicales de travailler ensemble pour lutter contre la précarité et pour améliorer, à court terme, la situation des personnels. La mobilisation doit porter sur tous les précaires (administratifs, agents, enseignant-es, AE...) et sur tous les types de contrats. Pour cela, nous encourageons nos adhérent-es à participer aux différentes réunions prévues dès ce début d’année afin de mettre un terme à ce gâchis


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois