Stop !

samedi 17 janvier 2004

0% d’augmentation salariale pour l’ensemble de l’année 2003 des milliers de suppressions d’emplois annoncées pour le budget 2004 de l’entreprise un « projet » fret qui se traduit par l’abandon d’une partie importante du trafic, la fermeture de dizaines de triages, des menaces sur autant de dépôts, d’établissements Matériel, ... des conditions de travail qui sont de plus en plus mauvaises, faute d’effectifs suffisants, une multiplication des tentatives d’éclatement de tous les droits collectifs, en terme de rémunération, de notation, ...

Stop !

Toutes ces mesures nous les subissons de plein fouet, quotidiennement. Le gouvernement et la direction SNCF doivent comprendre que les cheminot(e)s ne les laisseront pas continuer ainsi sans réagir ! Il y a six mois, le mouvement social pour la défense des régimes de retraite s’est terminé par une défaite importante pour les salarié(e)s. Le gouvernement et les patrons se sont engouffrés dans la brèche pour engranger d’autres acquis ... pour eux ! Point par point, ils appliquent le programme du MEDEF : chômage, précarité, salaires bloqués, allocations en baisse, allongement du temps de travail, hausse des prix ... pour la grande majorité de la population, profits accrus, très forte baisse des impôts, exonération de charges sociales ... pour la minorité la plus riche. La direction SNCF n’est pas en reste : blocage des salaires, développement des mesures d’individualisation de la rémunération (GEXCI, GIR, « viviers de notation » au lieu des tableaux d’aptitude, ...), plan Starter, projet fret, menaces d’inaptitudes professionnelles pour des milliers de cheminot(e)s suite à la mise en oeuvre de « l’arrêté aptitude », accentuation de la gestion par activités, ...

On ne va pas les laisser continuer !

Il y a urgence à reconstruire un rapport de force qui nous soit favorable.

Reprenons l’offensive !

Les organisations ont toutes (sans doute à des degrés divers) des responsabilités dans l’échec du mouvement du printemps 2003. Il faut des signes clairs qu’un bilan et des enseignements en ont été tirés. Faire de l’unité d’action syndicale une priorité est un de ces signes que tous les salarié(e)s attendent.

Les syndicats SUD-rail, réunis en Conseil Fédéral les 7 et 8 janvier l’ont réaffirmé : nous voulons un appel unitaire des fédérations de cheminot(e)s !

Le Comité Central d’Entreprise se réunira le 26 janvier, le Conseil d’Administration le 28. Avant cela, les cheminot(e)s doivent faire entendre leur voix ! Plusieurs fédérations sont d’accord :

Grève le 21 janvier !

Bien sûr, cette grève ne suffira pas. Pour SUD-rail, cette action s’entend comme le début d’un processus de re-mobilisation, de reconquête du mouvement social. D’autres actions plus fortes, plus longues qu’une « 24 heures » seront nécessaires. La perspective d’une grande manifestation nationale pour la défense du service public ferroviaire est à mettre en débat.

Au-delà du ferroviaire, c’est l’ensemble du service public qui est menacé.

L’attachement aux services et aux entreprises publiques, traduit le caractère singulier de l’eau, de la santé, de l’éducation, du logement, de la culture, des transports, de la communication, ... Leur accès est vital, et s’inscrit dans les droits universels qui doivent être garantis à chaque être humain. Les « libéraux » veulent que la logique du profit (pour une minorité) l’emporte sur la solidarité et la démocratie : exclusion des populations les plus précaires et les plus pauvres, dégradation de la qualité du service, souffrance des salariés, précarisation et réduction de l’emploi. Aujourd’hui, la riposte n’est pas à la hauteur des attaques : Journée d’action à EDF/GDF le 20, grève des cheminot(e)s le 21, grève dans les hôpitaux le 22 ...

Nous serions plus forts, tous ensemble !

Nous regrettons cette dispersion mais c’est avec la situation réelle que nous devons faire, pas seulement avec nos envies ! Il faudra coordonner ces luttes, c’est indispensable pour gagner. Dans l’immédiat nous devons réussir chacune de ces journées, pour en faire des tremplins pour l’avenir.

Réussissons une grande journée de grève le 21 janvier, pour « reprendre la main » face au gouvernement et à la direction ! Organisons-nous dans chaque établissement pour que ce soient bien les cheminot(e)s, à la base, qui expriment leurs revendications et décident des suites de l’action !


17, boulevard de la Libération 93200 Saint-Denis ­ Tél. 01 42 43 35 75 - Fax. 01 42 43 36 67 ­ federation-sudrail@wanadoo.fr - http://www.sudrail.org


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

AIR FRANCE : SOUTIEN AUX SALARIÉ-ES !

mardi 17 novembre 2015

SUD éducation 59/62 réaffirme son soutien aux salarié-es d’Air France victimes d’un chantage odieux à l’emploi, et aux salariés du sol et pilotes incriminés par la direction pour en faire des exemples. Six d’entre eux ont été mis à pied sans solde. Des procédures de licenciement sont menées sans élément tangible. Ne nous y trompons pas : la direction d’Air France veut se faire justice, casser un mouvement social légitime, et elle tente un contre-feu pour masquer ses errements.

La vérité sur les procédures.
Air France c'est ça ! (SUD Aérien)
La mobilisation / Les vrais comptes d'Air France (Alter).

CAISSE DE SOLIDARITÉ : PARTICIPEZ !




Toute l'info sur solidaires.org

EN GRÈVE LE 8 OCTOBRE !

jeudi 8 octobre 2015

SUD éducation 59/62 appelle à la grève le 8 octobre.
L’Union syndicale Solidaires est partie prenante de cette mobilisation unitaire.
logo Solidaires
→ Lisez le communiqué commun de septembre
→ Lisez l'appel CGT - FSU - Solidaires de juin
→ Retrouvez le 8 octobre dans le n°131 de Solidaires en action

PPCR : PASSAGE EN FORCE

jeudi 1er octobre 2015

Solidaires Fonction publique constate que le gouvernement ne respecte plus les accords de Bercy, en passant outre l’opposition majoritaire des syndicats au protocole PPCR !

→ Le communiqué de Solidaires Fonction publique
→ TOUT SUR LE PPCR : tapez PPCR dans le moteur à mots-clefs de Solidaires

SUD éducation soutient la grève à Radio-France

mardi 24 mars 2015

Les revendications portées par les salarié-es ne sont toujours pas entendues, ou peu s’en faut. Le service nettoyage dont certaines personnes ont été écartées après 25 ou 30 ans de service, a été réintégré, c’est une petite victoire. Pour le reste, les salarié-es dénoncent la souffrance au travail et la confusion entre service public et "marque". La grève a été reconduite. Avec nous le 9 avril ?

SUD éducation soutient la grève.

Communiqué intersyndical
SUD Radio France en grève
Le Meilleur des Ondes
Le Concert Interdit

Les capitalistes nous coûtent cher

lundi 9 février 2015

Le Réseau européen des syndicats alternatifs et de base lance une campagne internationale unitaire Les capitalistes nous coûtent cher.
PREMIÈRE AFFICHETTE (ou ici)

Les Capitalistes nous coûtent cher !

la campagne de Solidaires
la motion du Réseau européen

Menaces de mort à l’encontre d’un camarade !

vendredi 6 décembre 2013

Stop aux agressions fascistes !

Un jeune camarade de SUD étudiants Lille a reçu cette semaine, dans sa boîte aux lettres, une lettre anonyme contenant des menaces de mort.

L’Union syndicale Solidaires 59/62 prend très au sérieux cette nouvelle provocation fasciste. En effet ce jeune camarade a déjà fait l’objet de violences fascistes le 26 mars 2012, qui ont donné lieu à une main courante à l’époque.

De plus, les caves de la bourse du travail ont été marquées de 2 croix gammées, dans la nuit du 2 au 3 décembre 2013. Ce courrier s’inscrit dans le climat actuel de déchaînement raciste et xénophobe, comme rarement le pays a pu en connaître, de haine anti-rom, alors que 110 Roms sont actuellement accueillis à la bourse du travail de Lille.

L’Union syndicale Solidaires 59/62 appelle l’ensemble des syndicats, les organisations démocratiques et antifascistes à s’opposer avec la dernière des énergies aux idées et aux menaces fascistes qui se développent dans le pays.

Elle invite à ce titre à une réunion unitaire dans les locaux de l’Union syndicale Solidaires de la Bourse du Travail de Lille, 174, Bd de l’Usine, ce Lundi 9 décembre à 18 h.

Le communiqué du 6 décembre de Solidaires 59/62.

Fonction publique : abrogation de la journée de carence à compter du 1er janvier 2014

vendredi 15 novembre 2013

Le 13 novembre 2013, lors de la discussion budgétaire, l’Assemblée Nationale a voté l’abrogation du jour de carence à compter du 1er janvier 2014.

Cette abrogation avait été annoncée suite à la grève massive du 31 janvier 2013, à l’appel unitaire de l’intersyndicale CGT-FSU-Solidaires.

L’Union syndicale Solidaires n’a depuis cessé d’exiger l’abrogation effective de cette journée de carence, sans aucune efficacité en faveur de l’équité public /privé, et qui porte même préjudice à bien des agent-es malades.

Elle revendique que soient également abrogées les journées de carence pour les salarié-es de droit privé.

- Le communiqué de Solidaires Fonction publique du 14 novembre 2013.

{{Assemblée Générale extraordinaire de l’union syndicale Solidaires Nord-Pas-de-Calais}}

mercredi 3 octobre 2007

Le vendredi 5 octobre 2007 De 9H00 à 12H30

Salle des Célestines (La salle se situe rue des célestines, face au palais de justice de Lille)

A l’ordre du jour :

- Points sur les mobilisations autour de la grève du 18 octobre : Au niveau régional, compte-rendu des différentes intersyndicales : cheminots, Fonction Publique, ...) ;

- Au niveau national (compte-rendu du comité national de Solidaires du 4 octobre) ;

- Débat autour de la mobilisation et de la construction du rapport de force.

RAPPEL : CETTE AG EST OUVERTE A TOUS LES ADHERENTS.

30 000 manifestants à Lille ce 7 mars : la répression de la jeunesse comme réponse du pouvoir

mercredi 8 mars 2006

Communiqué de presse de l’Union Syndicale Solidaires Nord Pas de Calais

Mardi 7 mars 2006

Malgré la puissante démonstration de la jeunesse et du mouvement syndical de jeudi 7 mars, l’arrogance du pouvoir s’est traduite par des charges policières et une vingtaine d’interpellations à la manifestation Lilloise, 2 à Arras. Un militant a du être hospitalisé au CHRU.

L’Union Syndicale Solidaires dénonce cette répression du mouvement social et de la jeunesse. La légitimité de la lutte contre le CPE et le CNE est incontestable. Alors que la précarisation sociale touche 20 millions de personnes de ce pays soit un tiers de la population, la réponse à apporter aux revendications de la jeunesse se situe à mille lieues des coups de matraques et du 49-3.

L’Union Syndicale Solidaires exige la libération immédiate des jeunes et exige qu’aucune poursuite ne soit entreprise à leur encontre. Elle appelle de ses vœux la poursuite de l’action contre le CPE et à un soutien grandissant du monde du travail et de la jeunesse.