À PROPOS DES LUTTES EN LP ET AILLEURS

mercredi 16 mars 2011

En janvier et février, face aux suppressions de postes annoncées, un mouvement de protestation s’est développé, principalement dans les LP, à des degrés divers, en de nombreux points de l’académie.

C’est probablement dans le bassin de Roubaix/Tourcoing, jusqu’ici, que la lutte a été la plus intense. Les collègues du LP Savary de Wattrelos, durement touchés (8 suppressions), se sont mis en grève. Mais ils ont aussi pris contact avec les LP voisins, ce qui a été un facteur déterminant dans l’extension du mouvement sur le bassin.

Une AG de lutte s’est alors constituée, elle regroupe des personnels avant tout indignés . Indignés par les suppressions de postes, indignés par la perspective de classes surchargées où il sera impossible d’enseigner et d’apprendre surtout pour des élèves qui sont en grande difficulté scolaire et sociale, indignés aussi du sabotage programmé des LP afin de ne laisser d’autre choix que l’apprentissage.

Ils ont mis à l’arrière-plan leur appartenance syndicale et ont su créer un vrai groupe qui intègre syndiqués et non-syndiqués, vieux routard-es des luttes et collègues qui n’avaient presque jamais fait grève. Un groupe capable de mener à bien des actions qui ont toutes eu un caractère tout à fait dynamique : rassemblements/manifs sur des places publiques, soutien bruyant lorsque l’un ou l’autre des établissements a été reçu au rectorat, action coup de poing très visible lors du forum des métiers... Un groupe aussi qui cherche la meilleure façon de contrer la politique des heures supplémentaires que la hiérarchie brandit sous notre nez comme des verroteries pour amadouer les « bons sauvages ».

Un groupe enfin où l’on est légitimement content d’avoir été capables de s’unir pour se battre, d’ être sortis de ses préoccupations individuelles pour engager des actions collectives. Gageons qu’ils se remobiliseront facilement lors des luttes à venir.
D’autres combats sont en cours dans l’académie, comme celui des étudiant-es de l’IUFM d’Outreau qui s’est étendu à celui de Gravelines et qui est appelé à s’étendre encore. D’autres pourraient bien se produire, par exemple dans le primaire, lors des annonces des fermetures de classes (qui seront faites après les cantonales, bien sûr). Avec à chaque fois des groupes de lutte qui se constituent ( ils disparaîtront peut-être et d’autres, ou les mêmes, se reconstitueront ailleurs ou plus tard) et qui permettent de retricoter, petit à petit, ces réseaux de solidarité et ces habitudes d’entrer soi-même dans la lutte qui ont fait défaut lors du mouvement contre la réforme des retraites.


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois