CONTRATS D’OBJECTIFS : BIENVENUE CHEZ FRANCE TÉLÉCOM

mardi 5 avril 2011

Avec environ cinq ans de retard sur les autres académies, la rectrice met en branle les contrats d’objectifs des établissements scolaires chez nous. Les établissements en éducation prioritaire sont les premiers concernés. Ces contrats consistent à fixer des objectifs chiffrés à atteindre pour l’établissement. L’établissement, plus souvent la direction, dans le cadre de son autonomie, doit les fixer mais surtout fixer des « obligations de moyens » afin d’atteindre ces objectifs. Un nombre limité d’objectifs sera fixé : taux de redoublements, réussite au brevet, mise en oeuvre du développement durable (si, si encore lui !) La liste n’est pas exhaustive et on peut craindre le pire. Ces objectifs doivent tout de même être validés par le rectorat et entrer dans le cadre des mesures nationales : on le comprend de suite, il n’y a rien de bon dans tout cela, ces contrats sont un outil de plus d’application des réformes de casse du service public. Mais il y a plus grave, ces contrats montrent une dérive flagrante vers une gestion totalement
managériale de nos établissements. Pour vérifier si on atteint les objectifs, il y aura des évaluations/entretiens avec le/la chef-fe d’établissement. Nous devrons faire des projets, des bilans d’étape, on nous parle d’efficacité dans l’utilisation des moyens... Bref, tout ce qui a détruit les conditions de travail entre autres à France Télécom nous tombe dessus. Qui s’occupera de cela ? Des profs volontaires évidemment qui seront là pour « piloter » les équipes d’enseignant-es à l’initiative d’un projet. Pour quelle reconnaissance ? Aucune, en tout cas certainement pas salariale car ces contrats d’objectifs doivent se faire à moyens constants. Dans certains établissements, on parle de gratitude de la direction : nous voilà frais avec cela. Surtout, ce rôle de « manager » de projet introduit un nouvel échelon hiérarchique. Évidemment le/la chef-fe d’établissement verra sa notation, sa carrière avancer fortement si les objectifs sont atteints par les enseignant-e-s : et revoilà la fameuse prime pour les personnels de direction !
Si les objectifs ne sont pas atteints, le rectorat viendra faire un contrôle pour vérifier si tout a été mis en oeuvre pour réussir ! Méfions-nous de ces contrats : des directions veulent coopérer en proposant aux enseignant‑es de choisir avec elles les indices test. Ne tombons pas dans ce piège, ces contrats sont une nouvelle étape dans la dérive managériale de l’Éducation Nationale, une nouvelle pierre dans la concurrence entre établissements et entre collègues, une surcharge de travail en plus pour tous les personnels, bref une nouvelle étape dans la casse du service public d’éducation national.

À toutes et tous de nous opposer à cela dans la pratique et dans nos CA où ces contrats seront à adopter.


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois