POLICE MENTEUSE ?

jeudi 1er septembre 2011

Les trois militant-es de No Border accusé-es de rébellion lors d’une intervention de la police dans un squat à Calais où s’abritaient des sans-papiers ont été relaxé-es « au bénéfice du doute » lors de leur procès qui a eu lieu le 12 juillet.
En fait, deux policier-es avaient déclaré avoir été frappé-es. Parti-es faire constater les dégâts par un médecin légiste, ce dernier n’avait détecté ni bleu, ni griffure, ni rougeur. Il avait seulement constaté que les deux fonctionnaires de police disaient avoir mal quand il appuyait à certains endroits. Ces deux policier-es ont fait, séparément,
des déclarations identiques jusque dans le détail des formulations utilisées comme si tous deux s’étaient mis d’accord, avant, et avec précision, sur le contenu de leurs gros mensonges. En fait, cette intervention avait été filmée par l’une des militant-es interpelé-es. On aurait peut-être pu voir ce qui s’était réellement passé mais la police lui a rendu sa caméra cassée et sans carte-mémoire. La policière plaignante avait elle aussi une caméra à l’épaule mais elle a déclaré que celle-ci était en panne ! Le juge a été saisi d’un doute. On le comprend.


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois