FINIS LES CONCOURS ?

jeudi 1er septembre 2011

SUD éducation ne s’était malheureusement pas trompé. Contrairement à d’autres organisations syndicales (pourtant largement « représentatives »), nous nous sommes fortement opposé-es à la réforme dite de la masterisation.

En effet, un des risques était à nos yeux qu’il serait « facile » de recruter hors concours les futur-es enseignant-es en arguant qu’ils/elles auraient un master professionnalisant et seraient donc formé-es.

C’est ce qui arrive en deux temps :

1/ le ministère annihile la formation post-concours des stagiaires en diminuant par-là même l’intérêt pour les étudiant-es de s’investir dans des concours ardus ;

2/ le ministère et ses « think tanks » UMPéistes présentent la possibilité du recrutement des enseignant-es directement pas le ou la chef-fe d’établissement en élargissant le dispositif CLAIR (qui devient à la rentrée ECLAIR, en englobant les écoles).

Tout est lié et dans chacun de ces deux points, les arguments fallacieux évoqués plus hauts (discutez juste un peu avec un-e étudiant-e en master de sciences de l’éducation et vous verrez...) sont bien sûr utilisés. Comme prévu, malheureusement... Et même si la mobilisation, notamment des stagiaires et des étudiant-es en master eux-mêmes, a pu s’organiser, le ministère ne recule pas.

C’est même bien le contraire puisque, pour le pouvoir en place, les établissements et écoles sont des entreprises qui nécessitent plus d’autonomie. Ce sera donc la ou le chef-fe d’établissement qui recrutera les enseignant-es. Il est à noter que c’est déjà le cas pour les contrats précaires tels que les contrats d’assistant-es d’éducation (AED) ou les contrats uniques d’insertion (CUI). Vous ne sentez d’ailleurs pas monter chez les chef-fes d’établissement la fureur du management ?

Si on ajoute à cela les contrats d’objectifs imposés dans les établissements et l’entretien d’évaluation/objectifs qui se mettra en place pour les enseignant-es dès le 1er janvier 2012 (ils existent malheureusement déjà pour nos collègues TOS), l’objectif est clair : sus aux concours, sus aux statuts, sus à l’école publique et laïque et vive la concurrence libre et non faussée et la culture du chiffre ! Comment ça, cela ne ressemble pas à l’école citoyenne et émancipatrice dont nous rêvons ?

Allons, apprenez à vous vendre...Ou apprenons à lutter efficacement. SUD éducation choisit bien évidemment la deuxième option.


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois