15 ANS, ET PLUS QUE JAMAIS D’ATTAQUE !

vendredi 30 septembre 2011

C’est le 2 octobre 1996 que s’est constitué, à Lille, le syndicat SUD éducation Nord/Pas-de-Calais. Après Paris et Toulouse qui avaient ouvert le bal, trois « oppositionnel-les » du SGEN-CFDT de l’académie de Lille et un « électron libre » ont appelé à une assemblée constitutive d’un SUD éducation dans le Nord/Pas-de-Calais. Sur la quarantaine de participant-es à cette réunion, une vingtaine ont décidé collectivement de franchir le pas et d’adhérer au syndicat régional Solidaires, Unitaires et Démocratiques éducation Nord/Pas-de-Calais (qui a pour sigle SUD éducation Nord/Pas-de-Calais) qu’ils venaient, de fait, de constituer. Ce 2 octobre 1996, les statuts ont été validés, les premières cotisations versées et un premier appel à la grève et a la manifestation a été lancé à l’occasion d’une journée intersyndicale de mobilisation pour la défense des services publics.
Et flotte le drapeau SUD éducation…

15 ANS, ET AUCUN REGRET !

Le besoin d’un nouvel espace dans le champ syndical est apparu dès les années 1980. Ce sont des luttes sociales fortes et organisées par la base salariée (PTT, santé), des luttes « lâchées » par les organisations syndicales
« institutionnelles » et en particulier la CFDT, qui sont à l’origine de la création de SUD PTT et de CRC Santé sociaux. Le mouvement social de décembre 1995 confirmera la crise du syndicalisme français et l’impossibilité pour les « oppositionnels » des syndicats représentatifs de faire entendre leur voix divergente. Se créent alors SUD Rail, SUD éducation… et aussi les premiers SUD du secteur privé et notamment SUD VPC (Vente Par Correspondance) à Roubaix. Résolument tournés vers les luttes pour la défense des personnels, vers l’action pour une transformation sociale, SUD éducation et les autres SUD connaîtront d’autres temps forts dans l’engagement syndical de terrain qui seront autant de paliers de développement importants : 2003, la lutte contre le CPE en 2006, le mouvement pour la défense des retraites de 2010, pour ne citer que les plus marquants. Le besoin d’un syndicalisme alternatif n’est plus aujourd’hui à démontrer. La barre des 100 000 adhérent-es de l’union syndicale Solidaires
(qui regroupe les SUD et quelques autres) en est la preuve. Dans le contexte de crise permanente, que nous connaissons depuis plusieurs années, qui touche d’abord les plus pauvres et aussi les classes moyennes, Solidaires et les SUD, par leurs positions, par leur engagement, proposent une véritable perspective syndicale de conquêtes et de reconquêtes sociales.

15 ANS, ET TOUJOURS SUD !

Si petit à petit SUD s’est installé dans le paysage syndical, il est nécessaire de rappeler que SUD est un sigle et que ses adhérent-es sont toujours fortement attaché-es à ce qu’il représente.

Solidaires : SUD éducation syndique les personnels, enseignant-es/non-enseignant-es, titulaires/précaires, de la maternelle à l’université. SUD éducation s’investit dans l’engagement interprofessionnel, privé/public, au sein de Solidaires. Enfin SUD éducation est engagé aux côtés de tous les groupes, collectifs qui luttent pour le respect des droits humains (chômeurs, sans papiers, sans logis, luttes anti-sexistes, anti-répression…) Cette base fondatrice reste aujourd’hui incontournable. Pas question pour SUD éducation de corporatisme ou d’organisation catégorielle, ce sont des sources de divisions syndicales et de mise en concurrence, qui sont en opposition complète à nos orientations.

Unitaires : SUD éducation a été créé dans un objectif de recomposition syndicale et non de division. C’est dans cet état d’esprit que depuis 15 ans nous participons aux réunions intersyndicales (il nous a fallu d’ailleurs parfois « forcer la porte »), que nous signons des plateformes de mobilisations intersyndicales, et que nous nous associons aux appels à grèves et à manifestations. Cette stratégie, souvent frustrante pour bon nombre de nos militant-es qui aspirent à des prises de position plus radicales, reste prioritaire à la fois dans le secteur de l’Éducation Nationale mais aussi en Interprofessionnel. Cela ne nous a jamais empêché-es de développer nos analyses, d’appeler à la construction de véritables rapports de force face aux politiques de casse sociale, et surtout, de soutenir toutes les formes d’auto-organisation des luttes.

Démocratiques : allergiques à toutes les dérives de la hiérarchisation et de la bureaucratisation, les adhérentes de SUD éducation veillent au respect des principes démocratiques du fonctionnement de leur organisation.
Le niveau exécutif du syndicat est effectivement chargé de l’exécution des orientations élaborées collectivement en assemblée générale des adhérent-es et/ou en congrès. Chaque adhérent-e a droit à la parole et représente une voix en cas de prise de décision par vote. Enfin, SUD éducation s’est doté de « garde-fous » pour éviter que les prises de responsabilités ne se figent et soient déconnectées de la réalité professionnelle de terrain. Pas de cumul, limitation des mandats dans le temps (huit ans maximum), décharges de service pour activités syndicales ne pouvant dépasser un mi-temps… Quinze ans après sa création, la rotation des mandats, priorité de notre fonctionnement, est effective. Les équipes d’animation du syndicat ont été renouvelées complètement depuis 1996.

15 ANS, ET UNE MENACE SUR NOTRE DÉVELOPPEMENT !

Les élections professionnelles, nouvelle formule, d’octobre 2011 représentent un enjeu crucial pour SUD éducation. La représentativité syndicale va en effet être reconnue aux seules organisations qui obtiennent un siège au Comité Technique Ministériel sur les quinze à pourvoir (la barre a été rehaussée de manière significative). Si la force et l’autonomie d’une organisation syndicale dépendent avant tout de ses adhérent-es, les droits et moyens accordés aux organisations représentatives (possibilité de déposer des préavis de grève, décharges de service, autorisations d’absence…) contribuent à faciliter leurs actions au quotidien. Le risque existe pour SUD éducation de perdre une partie de ses moyens de fonctionnement. Ce serait aussi la remise en question du droit des personnels à être représenté-es par le syndicat de leur choix, bref une atteinte aux droits de l’exercice syndical.

SUD ÉDUCATION ET LES ÉLECTIONS

Les élections d’octobre 2011 auront lieu par vote électronique.
SUD éducation s’est opposé de suite à cette formule. En effet, rien n’est moins démocratique que le vote électronique. Sous prétexte d’augmenter la participation, le ministère prive ainsi les syndicats de tout contrôle sur le déroulement de ce scrutin, prive les électeurs et les électrices de toute transparence. Par ailleurs, tout passe par un prestataire de service dont on ne sait rien. Surtout la complexité d’organisation peut priver les syndicats de lutte comme SUD éducation de représentativité. Mais ce n’est pas la première fois que SUD éducation 59/62 doit lutter contre la volonté de l’administration de l’empêcher de participer aux élections. Déjà en 1999, SUD éducation 59/62 a été privé de scrutin, en 2002 il a dû prouver sa représentativité. Malgré les efforts du rectorat, SUD éducation 59/62 a obtenu un-e élu-e dans la CAPA des certifié-es dès 2002. Depuis 2002, SUD éducation 59/62 a toujours eu son élu-e certifié-e avec en plus une élue en CAPA des COP depuis 2005. Les élections ne sont pas une fin en soi, SUD éducation 59/62 pense que la victoire contre les réformes détruisant
le service public d’éducation ne peut passer que par la lutte. Néanmoins, nos élu-es en CAPA défendent les personnels dans cette optique. Nous refusons dans ces CAPA toute cogestion et tout compromis avec l’administration.
Nous y défendons les collègues contre les attaques de la hiérarchie, contre la dégradation des conditions de travail. Nous y apportons également de l’aide pour les mutations. Surtout par nos revendications, nous dérangeons l’administration pas habituée à rencontrer de la résistance.

Pour que le syndicalisme porte aussi la lutte dans les commissions administratives, du 13 au 20 octobre votez SUD éducation.

Parce que 15 ans, ce n’est pas un âge pour être mis sur la touche
Pour faire vivre un autre syndicalisme dans l’Éducation Nationale
Elections professionnelles d’octobre 2011 : VOTEZ SUD


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois