DU CÔTÉ DES FEMMES : À BAS LA REPRODUCTION SEXISTE À L’ÉCOLE !

vendredi 13 avril 2012

Dans le précédent numéro, nous vous avons présenté comment la reproduction sexiste était à l’oeuvre dans l’Éducation Nationale. Voici quelques pistes de lutte que nous a suggérées Geneviève Guilpain, formatrice dans l’académie de Créteil, responsable d’un groupe de travail destiné à produire des outils favorisant l’égalité fille-garçon.

Selon Geneviève Guilpain « la mixité a été décrétée sans être réellement
pensée et installée. Au collège, par exemple, on constate de l’agressivité, des violences (...), qui témoignent d’une inquiétude, d’une peur de l’autre sexe, liée à un manque cruel de connaissances des jeunes sur la question, mais aussi d’une fragilité croissante sur le plan économique, social et culturel. Le développement et la banalisation de la pornographie n’arrangent pas les choses. S’il y a en apparence une plus grande tolérance -notamment vis-à-vis de l’homosexualité- elle se double incontestablement d’une montée de l’intolérance. Il devient par exemple de plus en plus difficile pour une ou un jeune de contourner son groupe de pairs, alors même que l’individualisme est exacerbé. »

La lutte contre les représentations sexistes doit s’accompagner de pratiques
non-sexistes au quotidien de la part des enseignant-es et de tout le personnel car nous avons un rôle de modèle. La promotion de l’égalité
fille-garçon est inscrite comme mission de l’Éducation Nationale dans plusieurs textes officiels dont la lettre aux rectrices et recteurs du ministre de l’Éducation du 24 octobre 2000. En dépit de ces textes, la lutte contre le sexisme est beaucoup trop souvent considérée comme secondaire dans les établissements scolaires et ne donne lieu qu’à des actions ponctuelles, « actions pompiers », en réaction à des débordements violents sans qu’il n’y ait jamais de vérirable travail de fond.

Pourtant ce travail de fond est nécessaire pour débusquer les représentations sexuées que l’école véhicule à travers les manuels scolaires notamment mais aussi à travers des pratiques qui restent involontairement reproductrices d’inégalités. Ainsi nous ignorons souvent la « loi des deux/tiers ». Selon cette loi, l’espace pédagogique est occupé aux deux/tiers par les garçons. Pour oeuvrer à la promotion de l’égalité, il faut en premier lieu interroger notre pratique de manière à déconstruire et erradiquer les mauvaises habitudes que nous avons à notre insue. Pour cela un site comme Adéquation, par exemple, ou encore l’espace « spécial jeunes » de Teledebout (téléweb féministe) peuvent nous aider. Plus généralement il faut pousser à ce que les établissements se saisissent de la question dans leur projet d’établissement et leur règlement intérieur, demander des études genrées sur l’orientation, les sanctions..., associer les élèves à l’écriture de chartres etc. Seule l’implication du plus grand nombre pourra faire évoluer les choses.


Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois