DU CÔTÉ DES FEMMES : Harcèlement sexuel

vendredi 18 mai 2012

Condamné en 2011 pour harcèlement sexuel sur trois femmes, Gérard Ducray, ancien secrétaire d’État, ancien ministre, élu municipal et avocat avait saisi le Conseil Constitutionnel pour qu’il abroge la loi de 1992 sur le harcèlement jugée trop floue. L’AVFT (Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail) avait de son côté alerté les pouvoirs
publics sur la non-conformité à la constitution et sur l’inefficacité de cette loi pour les victimes (les juges ayant tendance à rechercher des preuves d’attouchements sexuels et/ou de baisers forcés pour prononcer des condamnations).
Le 4 mai, le Conseil Constitutionnel, composé de 7 hommes, dont 4 proches
de G. Ducray, et de 2 femmes, a déclaré la loi sur le harcèlement sexuel non conforme et l’a immédiatement abrogée au lieu d’attendre 6 mois pour que cette abrogation prenne effet comme cela a été fait pour d’autres lois. Résultat : toutes les poursuites en cours sont abandonnées et c’est l’impunité totale pour tous les auteurs de harcèlement sexuel jusqu’au vote d’une nouvelle loi.
Le 5 mai, un rassemblement a eu lieu à Paris à l’appel d’organisations féministes.
Les participant-es sont parti-es en manifestation jusqu’au commissariat
le plus proche pour porter plainte contre Jean-Louis Debré, président du Conseil Constitutionnel, pour mise en danger délibérée des personnes victimes de harcèlement sexuel et trouble à l’ordre public.

Une pétition pour demander une nouvelle loi de toute urgence est en ligne sur : http: //www.change.org

La mobilisation autour de cette affaire montre que le harcèlement est une réalité pour beaucoup de femmes. D’où l’importance dans nos pratiques
quotidiennes d’enseignant-e ou d’encadrant-e de ne rien laisser passer.


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois