AGENTS DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ : de l’éducation prioritaire au « tout sécuritaire »

vendredi 5 octobre 2012

Alors même que notre ministre nous parle d’une concertation, la création de nouveaux emplois précaires au doux nom d’« agents prévention et sécurité » (APS) dans l’éducation prioritaire montre bien que la politique du gouvernement ne va pas vraiment dévier de celle de ses prédécesseurs. Sans avoir demandé l’avis des personnels et des membres de la communauté éducative, le ministère de l’ Éducation Nationale persiste à considérer les élèves des classes populaires comme des menaces qu’il convient de circonvenir.

L’éducation prioritaire a bien d’autres besoins afin d’apporter aux élèves la sérénité et un cadre permettant les apprentissages ; la suppression des postes en RASED dans le premier degré, la précarisation et la baisse des effectifs des personnels de surveillance, le contournement de la carte scolaire... ont été des éléments majeurs de la dégradation des conditions d’enseignement et de réussite pour les élèves.

Notre ministère devrait s’intéresser davantage à la manière de mieux faire réussir les élèves plutôt que de créer des postes d’agents de prévention et de sécurité. Le choix du tout-répressif, au détriment des mesures éducatives, montre le refus du gouvernement de se confronter aux difficultés sociales. À cela s’ajoute le choix de recruter ces personnels dans le cadre d’emplois précaires, ce qui montre, s’il en était besoin, que l’éducation est une « priorité » à condition de ne pas coûter trop cher.

C’est pourquoi Sud éducation 59/62 appelle les personnels à refuser
la dérive sécuritaire dans les établissements scolaires. Nous revendiquons la mise en place de recrutement de personnels de surveillance en nombre suffisant et qui bénéficient d’une véritable formation et de conditions de travail satisfaisantes.


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois