Maternelle Camus : la lutte continue

Avalanche de communication et saupoudrage des moyens.
jeudi 19 février 2015

La situation de l’école maternelle Albert Camus de Roubaix est pour le moins surprenante : elle réunit tous les critères d’une entrée dans le Réseau d’Éducation Prioritaire, mais elle en reste exclue après la redéfinition de la carte des REP lancée par la ministre de l’Éducation nationale. Pourtant toutes les écoles maternelles voisines appartiennent à ce dispositif, et l’école élémentaire Albert Camus qui occupe les mêmes locaux et accueille les mêmes familles passe d’ECLAIR à REP+. Cherchez l’erreur !

Mise à jour du 19 février

Les parents d’élèves et enseignantes mobilisées se sont rassemblées devant la direction académique de Lille ce jeudi 19 février, avec le soutien solidaire de plusieurs enseignant-es de l’école élémentaire. SUD éducation 59/62 était présent : le rassemblement était une réussite.

Une délégation composée de représentant-es des parents et enseignantes mobilisées, de la mairie, d’une association et de SUD éducation a été reçu pendant presque trois heures par la direction académique.

Les personnes rassemblées ont longuement bravé le froid pendant que la direction académique faisait un exposé technique et statistique sur le thème « être ou ne pas être en REP+ ». Il en ressort évidemment qu’avec une réforme à moyens constants, il y a concurrence de moyens entre les établissements et école du département, au point que l’administration ne peut tenir entièrement compte de la réalité du terrain – même si elle se satisfait inexplicablement de la situation de l’éducation prioritaire dans l’académie.


Mêmes élèves, mêmes conditions !


Les parents et enseignante-s en lutte n’ont pu obtenir que l’engagement oral d’une attention particulière portée aux effectifs de l’école – mais rien sur le reste. Une confirmation écrite de cet engagement est attendue…

Les efforts de « pédagogie pour expliquer la réforme » (c’est à la mode !) de la direction académique ont mal masqué la réalité de moyens très insuffisants par rapport à la réalité ; les enseignante-s et les élèves sont prié-es d’attendre que la situation s’empire encore.

La lutte continue !


→ Lisez et diffusez le tract rédigé par le collectif après l’audience.


Mise à jour du 14 février

École maternelle Camus : devant l’IA le jeudi 19 février !

Vendredi 13 février à 14h30, les parents d’élèves et les enseignant-es en lutte de l’école maternelle Camus de Roubaix se sont rassemblé-es devant l’école. Ils et elles revendiquent l’entrée de leur école dans le réseau REP+, qui limiterait le nombre d’élèves par classe à 25 - c’est déjà le cas pour l’école élémentaire Camus.

La direction académique estime avoir pleinement tenu compte de la réalité sociale du quartier dans la remise à plat du classement en éducation prioritaire demandée par la ministre. Or cela ne correspond pas à l’évolution du quartier ; l’inspection de circonscription promet d’ailleurs de limiter à 25 le nombre d’élèves l’année prochaine pour tenir compte de la réalité du terrain... mais sans donner aucune garantie de respect de cet engagement.

« La refondation de l’éducation prioritaire est avant tout pédagogique » avait prétendu la ministre : impossible d’y croire quand les moyens attribués ne changent pas du tout, et quand les acteurs de terrain ne sont pas du tout écouté-es par la hiérarchie.

Les enseignant-es et parents d’élèves, qui elles et eux connaissent la réalité, poursuivent leur mobilisation et revendiquent le classement de l’école en REP+, au même titre que l’école élémentaire associée.


L’école maternelle Camus de Roubaix

sera en grève ce jeudi 19 février.


Rassemblement à 9h30 devant la DSDEN du Nord [1]
ou
à 8h30 devant l’école maternelle.



Soutenons-les !


Plus d’informations...

Selon la logique du réseau, l’école maternelle devrait bénéficier du même dispositif que l’école élémentaire. Les personnels et les familles voient donc légitimement cette situation comme une incohérence administrative et une injustice qui pénalisent les élèves et leurs familles, comme les enseignant-es de cette école.

Pour faire entendre leurs revendications, les parents d’élèves et les professeur-es de l’école maternelle Camus se mobilisent : une pétition a d’ores et déjà été lancée par les parents d’élèves, et les enseignant-es envisagent de solliciter une audience et d’autres modalités d’action.

SUD éducation 59/62 a contacté la direction académique du Nord pour avoir des précisions : selon celle-ci le rattachement de l’école élémentaire au collège Lebas est une façon de reconnaître et de poursuivre le travail qui a été effectué en ECLAIR, mais la situation sociale de ce quartier de Roubaix ne permettrait pas d’aller plus loin dans cette « exception » : soit on apporte des moyens supplémentaires à l’école élémentaire seule, soit à aucune des deux.

Évidemment notre syndicat ne peut que voir positivement le choix de la DSDEN de maintenir l’école élémentaire dans un dispositif d’éducation prioritaire : la situation sur le terrain n’a pas changé avec l’intention de la ministre de revoir la carte des REP. Mais comment comprendre que l’école maternelle en soit exclue ?

L’école élémentaire et l’école maternelle doivent toutes deux entrer en REP :
la lutte contre les inégalités à l’école est d’autant plus efficace qu’elle commence tôt !


Lisez les explications des parents d’élèves de l’école maternelle Camus

Téléchargez, signez et faites signer la PÉTITION !
à renvoyer à SUD éducation 59/62 [2], qui transmettra.


Pour SUD éducation 59/62 l’explication est purement comptable : cette refonte du réseau d’éducation prioritaire se fait à moyens constants. Comme le volume de moyens ne change pas, il serait très surprenant de trouver un rapport avec les besoins réels ! C’est ce que souligne aussi la fédération SUD éducation dans son communiqué du 2 février 2015.

Ainsi, le léger supplément de moyens pour les REP+ du Nord/Pas-de-Calais ne parvient pas à masquer la réalité de notre académie depuis plusieurs années : ses besoins réels ne sont toujours pas couverts. C’est d’ailleurs également le cas avec les dotations horaires globalisées attribuées aux établissements du second degré.

De plus, dans plusieurs écoles en REP+, la pédagogie adaptée que devait permettre le supplément de moyens est malheureusement entravée par la propension de la hiérarchie à multiplier les directives rigides et les réunions, ce qui alourdit le travail sans faciliter l’engagement au profit des élèves !

Cette contradiction entre la parole officielle et la réalité du terrain est d’ailleurs tout aussi criante avec la mise en œuvre des nouveaux statuts du second degré [3] pour l’éducation prioritaire [4] : la pondération horaire de 1,1 censée tenir compte du temps bien plus important à consacrer à la concertation, au suivi et à l’expérimentation pédagogique dans l’éducation prioritaire se traduit par une décharge de service hebdomadaire d’une heure en tout et pour tout… que la hiérarchie utilise pour imposer aux enseignant-es des réunions en tous genres !

La réunionite aiguë et le saupoudrage de moyens, outils de lutte contre les inégalités sociales ? C’est sans doute de cette façon que le gouvernement compte remédier à la ghettoïsation qu’il a récemment dénoncée !


[1C’est le nouveau nom de l’inspection d’académie, 1 rue Claude Bernard à Lille

[2SUD éducation 59/62 c/ Union syndicale Solidaires
Bourse du travail 174 boulevard de l’Usine 59 000 Lille

[3Pour plus de précisions sur ce sujet, lisez notre article dans la rubrique Second degré.

[4C’est pour l’instant le seul article du décret 2014-940 qui est entré en vigueur.


Documents joints

EM Camus_Rep+ explication_parents
EM Camus_Rep+ explication_parents
tract EMat. Camus Rbx 19 02 15
tract EMat. Camus Rbx 19 02 15
pétition maternelle Camus Roubaix
pétition maternelle Camus Roubaix

Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627281234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

LOI TRAVAIL : motion de censure

vendredi 13 mai 2016

Une motion de censure dite citoyenne a été lancée, et Solidaires appelle à la signer massivement : http://motiondecensure.fr.

Victoire au lycée Picasso

dimanche 29 mars 2015

Le lycée Pablo Picasso d’Avion s’était fortement et unitairement mobilisé suite à l’annonce de la perte d’un demi-poste de CPE - alors que la situation du lycée rendait aberrante cette suppression décidée brutalement par le rectorat.

Les élèves et les personnels soutenu-es par l’intersyndicale CGT - SNES - SUD se sont notamment rassemblé-es devant le rectorat le jeudi 19 mars.

Un rassemblement qui avait belle allure, et rejoint par les adhérent-es de SUD éducation 59/62 réuni-es en AG sur Lille ce jour-là.

Selon nos sources, cette mobilisation est victorieuse :
le rectorat renonce à cette suppression de poste ! La lutte a payé...

Trop c’est trop !

mercredi 25 mars 2015

Le service social de l’éducation EN GRÈVE LE 2 AVRIL !(Communiqué intersyndical du 18 mars 2015)

La laïcité : un combat permanent

lundi 11 février 2013

Les écoles privées sous contrat scolarisent 18% des élèves, pourtant ces 5 dernières années l’enseignement public a supporté 96,6% des suppressions de postes contre 5% pour le privé. Le secrétaire national de l’enseignement catholique, Eric Delabarre, affirmait que l’on pourrait encore supprimer des postes, pourtant il ne propose d’en restituer aucun à l’école publique et en demande 5100 dans le calendrier pluriannuel annoncé par M. Peillon !
Le thème de la laïcité a tout simplement été oublié lors des concertations sur « la refondation de l’école », en revanche les représentants de l’enseignement catholique n’ont pas manqué d’être invités. Ainsi, l’État a, d’une part, donné priorité à un culte aux détriment des autres, et il a d’autre part ouvertement invité une église à participer à une réflexion sur l’école de la République. Pas étonnant après qu’Eric Delabarre (toujours le même) se
permette de ne pas respecter son devoir de neutralité lors du débat sur le mariage pour tous.
L’État, en assurant la rémunération des profs du privé, et les Collectivités Territoriales, en payant des forfaits pour le fonctionnement de ces écoles
(donc depuis la loi Debré de 1959 et ses multiples amendements), subventionnent donc largement l’enseignement privé sous contrat en contradiction avec la loi de 1905. Ces écoles, à la différence du
secteur public, perçoivent aussi des dons : 66% de leur montant sont un manque à gagner pour le fisc.
L’Observatoire de la Laïcité Scolaire en Haute Normandie a interrogé plusieurs mairies sur les forfaits qu’elles versent et a ainsi constaté que beaucoup subventionnent des
écoles maternelles alors qu’elles n’y sont pas obligées par la loi et que par ailleurs le montant de ces forfaits est calculé de façon erronée. Le respect
des modes de calcul peut amener à réduire de moitié les sommes versées par les CT aux établissements sous contrat ! En ces temps d’AUSTÉRITÉ,
ce n’est pas un détail.

Elections TPE 2012 : Faîtes voter Solidaires

lundi 19 novembre 2012

Entre le 28 novembre et le 10 décembre 2012, tout-e-s les salarié-e-s des entreprises de moins de 11 personnes, ainsi que les salarié-es de particuliers, voteront pour dire quel syndicat doit défendre leurs intérêts… et contribueront à déterminer, dans chaque branche et globalement, quel syndicat est représentatif.

Ils et elles ont beau être près de 5 millions, ces salarié-es n’éliront pas de délégué-e-s pouvant les représenter, les défendre, les assister face à aux employeurs, contrairement à tout-es les autres travailleurs-euses. L’Union syndicale Solidaires a demandé, en vain, que ces élections ouvrent des droits nouveaux pour les salarié-es : ni le gouvernement Sarkozy, ni le gouvernement Hollande n’ont donné suite.

L’absence d’activité syndicale dans la majorité de ces secteurs, le fait que ces élections ne donnent aucun droit aux salarié-es concerné-es, l’absence de vote physique, sont autant d’éléments qui vont conduire à un taux d’abstention important.
Le rôle de chaque syndiqué-e Solidaires est déterminant : même pour celles et ceux qui travaillent dans la fonction publique, nous avons toutes et tous des ami-es, de la famille, des voisin-es, qui travaillent dans des entreprises de moins de 11 salarié-es ou qui sont salarié-es de particulier. Du matériel de campagne (tract, affiches, flyers) est disponible dans les Solidaires locaux : cette campagne de proximité, par chaque adhérent-e, sera essentielle pour réussir cette élection.

Les capitalistes nous coûtent cher

lundi 19 novembre 2012

Vous trouverez ici un lien contenant un quatre-pages de Solidaires à diffuser au maximum.

Enquête sur la souffrance au travail

lundi 19 novembre 2012

L’Observatoire Syndical de la Souffrance au Travail organise une grande enquête sur la souffrance au travail dans le but de dresser une cartographie de la souffrance au travail principalement dans la région 59/62.

Ce questionnaire nous aidera également à mieux lutter contre les mécanismes mis en oeuvre par ces modes de management et d’exploitation des salariès et contre la détérioration des conditions de travail.
Les réponses que vous fournirez à ce questionnaires sont totalement anonymes

Répondre à ce questionnaire ne prend que quelques minutes . Merci de nous les consacrer pour nous aider dans ce combat contre la souffrance au travail.

Nous vous remercions à l’avance de votre participation.