STOP A LA DEMOLITION DE L’ENSEIGNEMENT PRO !

mardi 24 mars 2015

Afin de protester contre la perte de deux postes, un lycée professionnel de la métropole lilloise a sollicité et obtenu une audience au rectorat. Précisons-le tout de suite, le rectorat a refusé de revenir sur cette suppression.

Il n’a pas caché cependant qu’à la rentrée 2015 les moyens seront répartis différemment dans l’académie : les créations de postes seront en effet insuffisantes pour compenser la hausse démographique – et donc, ajoutons-le, les importantes saignées des années précédentes –, il faut trouver une solution pour tenir compte des évolutions comme des annonces ministérielles.

Ainsi, il faut bien financer les REP+ à moyens constants, tenir compte des 2 500 élèves supplémentaires prévu-es en lycée général ou des pondérations de service qui entreront en vigueur : vue l’étendue des besoins, comment faire ? Le rectorat a la solution de cette équation a priori insoluble, il va réduire les moyens des lycées professionnels de l’académie !

Pourtant si la scolarisation en lycée général augmente effectivement, ce n’est pas qu’une question de hausse démographique : la politique d’orientation actuelle vise à des résultats statistiques utiles pour la communication ministérielle, et pousse au passage massif au lycée général – faisant parfois peu de cas des vœux des élèves. Peu importe si les lycées professionnels doivent ensuite accueillir un certain nombre d’élèves en situation d’échec au lycée général, un an après…

Ces choix budgétaires si peu éducatifs ont des conséquences très lourdes sur l’enseignement professionnel. Certains lycées sont vraiment mis à mal dans l’académie : le LP Jean Monnet de Lille a été définitivement fermé, le LP Francisco Ferrer de Lille a subi une massive suppression de postes, comme le LPO Charlotte Perriand de Genech ; d’autres établissements sont fusionnés ou semblent appelés à disparaître à court terme, puisque les postes de direction et de gestionnaire ont été supprimés…

Dans les établissements pour l’instant épargnés par cette démolition, les conditions de travail sont très dégradées : horaires‑planchers pour toutes les matières, effectifs pléthoriques, suppression des moyens qui permettaient des enseignements différents…

Le rectorat appelle à attendre les effets bénéfiques des réformes ; mais des collègues de LP sont déjà en burn-out, la violence et la souffrance sont quotidiennes dans plusieurs établissements, pour les personnels comme les élèves. Combien de temps cela va-t-il continuer ?

On ne sait pas quand le rectorat prendra ses responsabilités sur le terrain de la santé et de la sécurité au travail, mais une chose est sûre : on note une cohérence certaine entre cette réduction brutale des moyens et des LP et la volonté forcenée de développer l’apprentissage, à coup d’alternance et de mixité en tout genre, qu’elle soit « de parcours » ou « de publics ».
Cherche-t-on à faire disparaître l’enseignement professionnel et les LP ?

Avant qu’il ne soit trop tard, résistons à cette démolition à peine masquée ; les audiences le prouvent : c’est dans la rue que nous nous ferons entendre !

→ Cliquez ici pour afficher ce texte en plein écran


Documents joints

Résistons à la démolition de l'enseignement (...)
Résistons à la démolition de l'enseignement (...)

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois