Tourcoing, ZUP de La Bourgogne : ce qu’on a pu y voir et y entendre

Un article du Collectif CRIME
mercredi 17 juin 2015

Après la mort d’un jeune du quartier de La Bourgogne le lundi 1er juin, des jeunes du quartier se sont révoltés ; il y a eu des affrontements pendant quatre nuits, avec un dispositif policier de grande envergure. En y regardant de plus près, on s’aperçoit que la présence policière est régulière et génère des tensions. Le collectif CRIME [1], dont fait partie SUD éducation 59/62, a voulu en savoir plus et s’est rendu sur place pour discuter avec des habitant-es. L’article ci-dessous rend compte des échanges.

Résumons d’abord les faits (ou au moins ce qui se dit) : une voiture, avec trois jeunes à bord, grille un feu rouge sous les yeux de policiers. Quelques instants plus tard, cette voiture percute un arbre : l’un des passagers Pierre-Eliott Zighem est tué, le conducteur est dans le coma et un troisième passager a un fémur cassé.

Il s’en suit une marche blanche et quatre nuits d’émeute. M. Darmanin, maire de la ville et par ailleurs porte-parole de Sarkozy, a déclaré que « cette violence est inexcusable et incompréhensible » [2]. En bon « républicain », il nous sert un discours ultra-sécuritaire : « la police n’assassine pas, elle protège. Ça ne me dérange absolument pas de voir des forces de l’ordre dans ma ville pour contrôler les contrevenants et ramener l’ordre public. Je pense d’ailleurs qu’il n’y en a pas assez » et pour finir il condamne les associations contre les violences policières. Face à cet enfumage, il était important de se rendre sur place pour parler aux habitants et se rapprocher de la vérité.

Nous rencontrons un groupe de sept ou huit jeunes. Ils sont méfiants au premier abord (« Vous êtes qui ? Des journalistes ? »), mais la barrière tombe vite quand nous leur disons que nous avons participé à la marche blanche, quand nous parlons du Collectif Urgence notre police assassine, et que nous leur distribuons des autocollants « Justice pour Lahoucine » [3].

Nous apprenons alors que parmi la vingtaine de jeunes arrêtés, certains sont déjà passés en comparution immédiate, que l’un a pris 7 mois fermes, l’autre 6 mois et un troisième est là, qui a pris plus de 200 heures de TIG.

Tous décrivent des provocations des policiers : insultes, gestes insultants et puis cette présence massive de forces de police avant même que quoi que ce soit ne se produise dans le quartier.
Ils disent que la police a tiré des balles en caoutchouc et tabassé « même des pères de famille » qui, simplement, passaient par là : les flics ont prétendu que c’était le couvre-feu et que tout le monde devait rentrer chez soi. Ce qu’on nous racontera plusieurs fois est la mésaventure de ce chauffeur de bus qui a eu la malchance de croiser la police alors qu’il récupérait sa fille chez la nourrice après son travail : il a été tabassé et emmené en garde à vue [4].

D’autres jeunes arrivent les uns après les autres et ce sont de nouveaux récits, comme déversés en flot continu, de provocations et de violences policières. Certains de ces récits datent de plus ou moins longtemps, retraçant un lourd passé policier dans ce quartier :
- l’un raconte qu’un jour il a insulté un policier : le lendemain ils sont venus à quatre, l’ont attrapé et « tabassé à fond » ;
- un autre, âgé d’une quarantaine d’années, dit que sa sœur voulait être juge pour enfants, qu’elle a fait 8 ans de droit puis qu’on lui a refusé le poste qu’elle méritait au motif que ses frères ont été délinquants (lui dit : « j’ai fait des petites conneries dans ma jeunesse, mais j’ai payé ») . Donc la sœur est partie travailler à Doha. Il conclut : « il n’y a pas de place pour nous les arabes ici en France » ;
- et les histoires de cette sorte se suivent et se ressemblent.

Nous sommes là depuis une demi-heure quand l’hélico se pointe à l’horizon. Un jeune dit « vous allez voir, il va venir juste au-dessus de nous, faire demi-tour et repasser » et c’est exactement ce qu’il se passe. Ce qui a le don d’énerver les jeunes qui y voient évidemment une provocation.
Nous apprenons que certains d’entre eux ont pu voir le blessé qui a le fémur cassé et disent que sa version des faits diffère notablement de celle de la police.

Nous distribuons quelques kits de survie face à la police et à la justice et nous expliquons que nous militons avec le réseau Urgence notre police assassine, et qu’un réseau des familles ayant eu des proches tués par la police s’est constitué en France.
Un jeune demande : « mais pourquoi vous faites ça, vous êtes payés ? » On explique qu’on fait ça parce qu’on trouve la situation dans laquelle se trouvent les quartiers populaires injuste. Quand nous quittons le groupe ils nous disent : « bon courage ! »

Quelques minutes plus tard, à la sortie de l’autoroute, on croise 17 cars de CRS : direction La Bourgogne. Les jeunes avaient bien dit « provocation »... Alors, inexcusable et incompréhensible ? Vraiment ?


[1Contre la Répression des Individus et des Mouvements d’Émancipation

[2Nord Eclair, le 4 juin 2015

[3Lahoucine a été tué de cinq balles par la police à Montigny-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais. À ce sujet, lire aussi cet article, ou le n°128 de l’INFOSUD.


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Projections à l’Univers en novembre

lundi 19 novembre 2012

- le mercredi 21 novembre 2012 à 18h : projection proposée par Solidaires Nord Pas de Calais de Et voilà le travail.
- le dimanche 25 novembre 2012 à 18h : projection proposée par la Commission droits des femmes de Sud éducation Nord Pas de Calais : Ladies Turn

PROJECTION DE "TU SERAS UN HOMME MA FILLE"

dimanche 20 mars 2011

SUD éducation 59/62 vous invite cordialement à

la projection du film « Tu seras un homme ma fille » d’Agnès Bert

(documentaire France-Belgique, 2004, 54 min)

le dimanche 20 mars à partir de 17h30

à l’Univers (16 rue Danton à Lille, M° Porte de Valenciennes)

Dans le nord de l’Albanie, les familles ayant perdu père et fils pouvaient élever une fille en homme. Certaines de ces « vierges assermentées » ont choisi d’elles-mêmes ce statut masculin. Haki, Sokol, Shjurtan et Samie ont fait ce choix et racontent pourquoi. Une parole émouvante filmée avec délicatesse.

La projection commencera à 18 heures et sera suivie d’une discussion en présence de la réalisatrice. Entrée libre, petite restauration prévue.

Organisation : Commission Femmes de SUD éducation 59/62.

Vendredi 28 janvier 2011 : conférence "Médias et mouvement social !".

vendredi 28 janvier 2011

RDV à 20h, au cinéma l’univers, à Lille, rue Danton (quartier de Moulins, M°Porte de Valenciennes).

* Conférence proposée par "Pour une critique sociale du capitalisme"

Conférence avec Grégory Salle, Olivier Poche et Gilles Balbastre.

Intervenants : Gilles Balbastre, journaliste et documentariste ; Olivier Poche et Grégory Salle, membre de l’association ACRIMED.

L’ACRIMED –(Action CRItique MEDia) est un observatoire critique des médias qui réunit des journalistes et salariés des médias, des chercheurs et universitaires, des acteurs du mouvement social et des « usagers » des médias. Elle cherche à mettre en commun savoirs professionnels, savoirs théoriques et savoirs militants au service d’une critique indépendante, radicale et intransigeante.

+ d’infos :
- http://www.acrimed.org
- http://lunivers.org/evenement/medias-et-mouvement-social/

PROJECTION-DÉBAT CONTRE LA LOI BESSON

mercredi 19 janvier 2011

Loi Besson : la xénophobie d’Etat ne passera pas !

projection-débat
Discussion autour du projet de loi Besson avec
Emmanuelle Lequien (Syndicat des Avocats de France) et
Armand Nwatsock (commission juridique du CSP59).

MERCREDI 19 JANVIER à partir de 19h30
à L’Univers - 16 rue Danton - Lille M° Pte de Valenciennes

Entrée libre – tables d’information – buvette
19h30 ouverture - 20h discussion - 21h30 projection

Organisé par le Collectif régional
contre la loi Besson
contrelaloibesson.npdc@gmail.com
Manifestation - samedi 29/01 - 15h - Pl. de la République - Lille

MANIFESTATIONS DES 6 ET 7 SEPTEMBRE

mardi 7 septembre 2010

Lundi 6 septembre

MANIFESTATION RÉGIONALE À LILLE

RV 14H30 PORTE DE PARIS

RASSEMBLEMENT/MANIFESTATION À BOULOGNE s/ MER

RV 9H30 DEVANT LA BOURSE DU TRAVAIL

Mardi 7 septembre

MANIFESTATION RÉGIONALE À LILLE

RV 14H30 PORTE DE PARIS

CINEMAS sans FRONTIERES du 19 avril au 2 mai 2010 à ARRAS

dimanche 4 avril 2010

RESF ARRAS/LENS resf.arras.lens@gmail.com

CINEMAS SANS FRONTIERES
Du 19 avril au 2 mai, au Cinémovida d’Arras

RESF Réseau Education Sans Frontières regroupe des associations mouvements et syndicats où agissent ensemble enseignants, parents, lycéens, éducateurs, …
RESF défend les jeunes étrangers scolarisés menacés d’expulsion (jeunes majeurs sans papiers, enfants de parents sans papiers,…). RESF défend le droit de ces jeunes et de leurs familles à vivre et étudier en sécurité et dans la sérénité en France.
Le droit de se déplacer, la liberté de circulation sont des droits élémentaires.
Les frontières et les murs, physiques et idéologiques, se multiplient contre les personnes à l’heure où les marchandises et l’argent circulent sans obstacles.
Le « franchissement des frontières » est une question de notre monde actuel, une question dont le cinéma s’est emparé.
RESF Arras-Lens a voulu en donner un aperçu avec ce « Cinémas sans frontières », autour du 1er mai (fête internationale !) et du Salon du livre d’Arras, en présentant, avec Colères du présent, 4 films :

1) "HARRAGAS", de Merzak Allouache
"Palmier d’Or" à la Mostra de Valencia
Les migrants algériens traversent le méditerranée
http://www.educationsansfrontieres.org/article25104.html

2) « LES CHOIX DE VALENTIN », de Marine Place,
Calais, un lycéen, les migrants, ...
http://www.educationsansfrontieres.org/article23912.html

3) "SIN NOMBRE", de Cary Fukunaga,
Emigrations en Amérique latine
http://www.educationsansfrontieres.org/article23531.html

4) "UN ALLER SIMPLE POUR MAORÉ", d’Agnès Fouilleux
Des Comores vers Mayotte...
http://www.educationsansfrontieres

Ces films seront présentés au Cinémovida d’Arras du lundi 19 avril au dimanche 2 mai avec deux soirées-débat :
• Lundi 19 avril à 20h30, ciné-débat « Un aller simple pour Maoré »
• Mercredi 21 avril à 20h30, « Les choix de Valentin » en présence de Marine Place et de Valentin.

Cinémas sans frontières
RESF Arras-Lens avec
Colères du présent, CIMADE, CASPA, FSU, SUD éducation-Solidaires.

18H00 à l’Univers, projection débat femme et précarité

dimanche 7 mars 2010

Dimanche 7 mars 18H00

à l’Univers, 16 rue Danton à Lille, M° Porte de Valenciennes

PROJECTION DEBAT

Remueménage dans la soustraitance d’ Ivora Cusack ( France, 2008, 70min)

Dans la région parisienne en mars 2002, des femmes de chambre employées des
hôtels Accor se mettent en grève. Leurs revendications principales : la baisse des
cadences de travail et le paiement de toutes les heures travaillées. La plupart des grévistes sont des mères de
famille d’origine africaine qui vont pour la première fois se battre pour leurs droits. Après un an de lutte, elles
sortent victorieuses. Mais en mai 2004, la déléguée syndicale qui avait joué un rôle prépondérant dans la grève,
est licenciée ...

Regards croisé, exposition de portraits de femmes par François Daumerie du 1er au 12 mars.

Le photographe François Daumerie prendra en photo les femmes qui le souhaitent le dimanche 7 mars entre
14H30 et 17HOO.
Alors venez vous faire photographier seule, avec une ou des amie(s), votre mère, votre fille, votre
copine, etc.
Le vernissage de l’exposition Regards croisés aura lieu à 17HOO.

Entrée libre, petite restauration prévue

Organisée par la commission femmes de SUD éducation 59/62 dans le cadre de la journée de lutte pour les droits des
femmes.

Rencontre des médias locaux indépendants à Arras

jeudi 28 janvier 2010

Jeudi 28 janvier, le collectif Indymedia Lille débarque à Arras. Et il ne sera pas tout seul ! En effet,il sera en compagnie de La Brique - journal d’info et d’enquête de Lille et d’ailleurs - et de la station de radio arrageoise PFM.

Objectifs de la soirée : regarder ensemble le film ((i)), Indymedia, l’Argentine et les questions de communication, discuter, débattre, vous montrer comment on fonctionne, comment participer, comment se saisir de l’information pour la faire soi-même.

Rendez-vous à l’Office Culturel jeudi 28/01 à 18h !

En plus c’est gratuit !

Le film ((i)) est une réflexion sur les relations entre les médias et le pouvoir à partir de l’expérience du plus grand réseau mondial de media-activistes : INDYMEDIA. Le documentaire suit la première année d’un petit collectif de Buenos Aires à travers ses luttes au milieu d’assassinats, d’une économie en ruine et des bouleversements politiques argentins.

Liens
- Radio PFM
- la Brique
- indymedia lille

Contre les violences faites aux femmes 3 soirées à l’Univers (Lille) les 28,29 et 30 janvier

jeudi 28 janvier 2010

Le collectif Born in flames organise trois soirées les

28 janvier à partir de 19h00 et les 29 et 30 janvier à partir de 20h30 au cinéma l’Univers (rue Danton, M°porte de Valenciennes à Lille

CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

Au programme, projections-débats
- le 28 :Domestic violence 01 de Frederick Wiseman (USA, 35mm, 2000, 200 min)
- le 29 : Domestic violence 02 de Frederick Wiseman (USA, 35mm, 2003, 95 min)
- le 30 : Born In Flames de Lizzie Borden (USA, 16 mm, 1983, 90 min)

Plus d’infos, sur le site de l’Univers

Vendredi 27 novembre, projection organisée par la commission Femmes de SUD éducation 59/62 dans le cadre de le journée contre les violences faites aux femmes.

vendredi 27 novembre 2009

La commission Femmes de SUD éducation 59/62 organise le vendredi 27 novembre la projection du film "J’ai tant aimé" de Dalila Ennadre (2008, 52 minutes).

Cette projection sera suivie d’un débat.

C’est au cinéma l’Univers, 16, rue Danton à Lille (quartier Moulins).

Entrée libre.