REPRESSION AU MAGHREB

mardi 29 mai 2007

Deux infos parues récemment sur le MAroc et la Tunisie sur des cas de répression de militant-e-s associatifs et syndicaux. A ces deux "démocraties blindées" amies de l’Etat français, n’oubions pas d’ajouter la répression syndicale en Algérie dont sont victimes notamment nos camarades du SNAPAP.


Au Maroc, le 1er Mai, des arrestations arbitraires ont touché des militants associatifs et syndicaux.

Le 10 Mai, 2 camarades à Agadir (sud du Maroc) ont été condamnés à 2
ans fermes pour « atteinte aux valeurs sacrées du Royaume », il s’agit
de :
- Mehdi BARBOUCHI, lycéen, militant de l’Association Marocaine
des Droits Humains (AMDH) et militant de la Voie Démocratique (extrême
gauche) ;
- Abderrahim KARRAD, militant syndical au Syndicat National des
Ouvriers Agricoles - Union Marocaine du Travail (UMT), militant de
l’AMDH et de la Voie Démocratique (extrême gauche).

Le 22 Mai, 5 camarades à Ksar El Kebir (Nord du Maroc) ont été
condamnés à 3 années fermes également pour « atteinte aux valeurs
sacrées du Royaume ». Il s’agit de :
- Thami El Khyati, président de l’Association Nationale des
Diplômés Chômeurs au Maroc (ANDCM), militant de l’AMDH et de la Voie
Démocratique ;
- Youssef Reggab, militant de l’AMDH et de la ANDCM ;
- Oussama Benmassoud, militant de l’AMDH et de la ANDCM ;
- Ahmed Al Kaateb, militant de l’AMDH et de la ANDCM ;
- Rabii Rissouni, fonctionnaire municipal, militant de l’AMDH
et militant syndical.

A Tiznit (sud du Maroc), d’autres camarades sont poursuivis en justice,
en attente de jugement :
- Abdellah Bridha, militant syndical à la Confédération
Démocratique du Travail (CDT) et militant de la Voie Démocratique
(extrême gauche) et de l’AMDH ;
- Abdelilah Benssadek, militant à la CDT et à l’AMDH ;
- Ahmed Talbi, militant à la CDT et à l’AMDH ;
- Bendaoud Shibi, militant à la CDT et à l’AMDH ;
- Hassan Akroum, militant à la CDT et à l’AMDH ;
- Mohamed Idbabou, militant à la CDT et à l’AMDH ;
- Mohamed Charaf, militant à la CDT et à l’AMDH.

A Tata (sud du Maroc), une cinquantaine de militants du mouvement pour
« la défense de la gratuité des services publics de la santé » sont
toujours poursuivis par la justice.


Appel urgent des militants DH en Tunisie

L’Observatoire

Pour la Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme

THE OBSERVATORY

for the Protection of Human Rights Defenders

EL OBSERVATORIO

para la Protección de los Defensores de Derechos Humanos

APPEL URGENT - L’OBSERVATOIRE

*TUN 002 / 0507 / OBS 049*
Entraves à la liberté de réunion / Harcèlement /
Mauvais traitements
*Tunisie*
23 mai 2007

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de
l’Homme, un programme conjoint de l’Organisation mondiale contre la
torture (l’OMCT) et de la Fédération internationale des ligues des
droits de l’homme (FIDH), vous prie d’intervenir de toute urgence
sur la situation suivante en *Tunisie*.

*Description des faits :*

L’Observatoire a été informé par le Conseil national des libertés en
Tunisie (CNLT) des obstacles posés par les autorités à l’encontre de
la tenue d’un atelier régional de formation à Tunis, du 18 au 20 mai
2007.

Selon les informations reçues, l’atelier de formation, organisé en
partenariat avec l’ONG internationale Frontline, qui portait sur la
« sécurité et la confidentialité numériques » et auquel devaient
participer des défenseurs tunisiens, marocains, algériens et
égyptiens, aurait dû se tenir à l’hôtel Khamsa Corinthia, l’hôtel
ayant confirmé la réservation deux mois auparavant. Or le 17 mai
2007, à la veille de la tenue de l’atelier, et alors que les
participants étrangers étaient déjà arrivés, l’hôtel a résilié la
réservation. Aucun autre hôtel n’ayant accepté d’abriter l’atelier,
les organisateurs ont alors décidé de tenir la formation au local du
CNLT.

Cependant, une centaine de policiers en civil des districts de Bab
Souika et de Bab Bhar ont entouré le local du CNLT, bloquant, dans
un premier temps, l’accès à toute personne. Les policiers ont par la
suite autorisé les participants étrangers et les membres du CNLT
mais ont refusé de laisser entrer, entre autres, MM. *Lofti Azzouz*,
membre de la section tunisienne d’Amnesty International, *Amor*
*Gaidi*, membre de l’Association internationale de soutien aux
prisonniers politiques (AISPP),* *et *Belgacem Abdallah*, membre de
l’Association de lutte contre la torture en Tunisie (ALTT). M.
*Houcine Ben Amor*, proche collaborateur du CNLT, a également été
violemment agressé.

Le 19 mai 2007, alors que l’atelier devait reprendre, un nouveau
déploiement policier a de nouveau encerclé l’immeuble, interdisant a
quiconque d’y entrer, dont MM. *Sami Nasr* et à *Lofti Hidouri*,
membres du CNLT. En outre, les policiers les auraient menacés s’ils
n’obtempéraient pas. M. Lofti Hidouri aurait également été suivi par
des policiers pendant trois jours.

En outre, le 20 mai 2007, l’accès de la maison de M. *Ali Ben
Salem*, vice-président de l’ALTT et président de la section de
Bizerte de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH), à
Bizerte, a été bloqué en raison de l’arrivée, chez lui, de chargés
de mission mandatés par Frontline et Human Rights First. Le 21 mai,
le local du CNLT a été bloqué pour les mêmes raisons.. A ce jour,
les militants du CNLT continuent de ne pouvoir avoir accès à leur
local, fortement gardé par la police.

Enfin, le 22 mai 2007, alors que les chargés de mission avaient
rendez-vous avec Mme *Naziha Rejiba*, vice-présidente de
l’Observatoire pour la défense des libertés de la presse, de
l’édition et de la création (OLPEC), le domicile de cette dernière a
été à son tour encerclé par des policiers en civil et en uniforme,
qui ont finalement autorisé la mission à entrer dans la maison.
Quant à lui, M. Lotfi Hidouri, qui devait accompagner les chargés de
mission à chacun de leurs rendez-vous, a systématiquement fait
l’objet de mauvais traitements et interdit d’accès.

L’Observatoire exprime sa profonde préoccupation à l’égard de ces
faits, qui s’inscrivent dans le cadre plus général de représailles
des défenseurs des droits de l’Homme en Tunisie (Cf. rapport annuel
2006 de l’Observatoire).

L’Observatoire rappelle de surcroît que la Tunisie est tenue de se
conformer aux obligations internationales en matière de droits de
l’Homme, en particulier le Pacte relatif aux droits civils et
politiques auquel elle est partie, et la Déclaration sur les
défenseurs des droits de l’Homme, adoptée le 9 décembre 1998 par
l’Assemblée générale des Nations Unies, notamment son article 1 qui
prévoit que « chacun a le droit, individuellement ou en association
avec d’autres, de promouvoir la protection et la réalisation de
droits de l’Homme et des libertés fondamentales au niveaux national
et international » et, à cette fin, « de se réunir et de se
rassembler pacifiquement » (article 5b).

*Actions demandées :*

*Merci de bien vouloir écrire aux autorités tunisiennes en leur
demandant de :***

*i. **garantir en toutes circonstances
l’intégrité physique et psychologique des membres du CNLT*, ainsi
que de l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme en Tunisie * ;***
* *
ii. mettre un terme à toute forme de harcèlement à
l’encontre de tous les défenseurs des droits de l’Homme en Tunisie,
afin qu’ils puissent exercer leur profession et mener leur activité
de défense des droits de l’Homme librement et sans entrave ;

iii. se conformer aux dispositions de la
Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, adoptée par
l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998, et plus
particulièrement à son article 1 qui dispose que “chacun a le droit,
individuellement ou en association avec d’autres, de promouvoir la
protection et la réalisation des droits de l’Homme et des libertés
fondamentales aux niveaux national et international”, et son article
12.2, qui dispose que “l’Etat prend toutes les mesures nécessaires
pour assurer que les autorités compétentes protègent toute personne,
individuellement ou en association avec d’autres, de toute violence,
menace, représailles, discrimination /de facto/ ou /de jure/,
pression ou autre action arbitraire dans le cadre de l’exercice
légitime des droits visés dans la présente Déclaration” ;

iv. plus généralement, se conformer aux dispositions
de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et instruments
régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’Homme ratifiés
par la Tunisie.

*Adresses :*

· M. Zine el-Abidine Ben Ali, Président de la République,
Palais de Carthage, 2016 Carthage, Tunisie, Fax : +216 71 744 721 ou
+216 71 731 009
· M. Mohamed Ghannouchi, Premier Ministre, Secrétariat
Général du Gouvernement, Rue de la Kasbah, 1008 Tunis, Tunisie, Fax :
+216 71 562 378
· M. Rafik Belhaj Kacem, Ministère de l’Intérieur et du
Développement local, Avenue Habib Bourguiba, 1001 Tunis, Tunisie,
Fax : ++ 216 71 340 888 ; Email : mint@ministeres.tn

· M. Kamel Morjane, Ministère de la Défense Nationale,
Avenue Bab Mnara, La Kasbah, 1008 Tunis, Tunisie, Fax : +216 71 561 804
· M. Bechir Tekkari, Ministère de la Justice et des Droits
de l’homme, 57, Boulevard Bab Benat, 1006 Tunis, Tunisie, Fax : +216
71 568 106 ; Email : mju@ministeres.tn
· Ambassadeur, S.E M. Samir Labidi, Mission permanente de la
Tunisie auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, 58 Rue
Moillebeau, Case postale 272, 1211 Genève 19, Suisse, Fax : +41 22
734 06 63 ; Email : mission.tunisia@ties.itu.int

· Ambassadeur M. Mehrez Benrhouma, Ambassade de la Tunisie à
Bruxelles, 278 avenue de Tervueren, 1150 Woluwe-Saint-Pierre,
Belgique, Fax : + 32 2 771 94 33 ; Email : amb.detenusie@brutele.be

***
Genève - Paris, le 23 mai 2007

Merci de bien vouloir informer l’Observatoire de toutes actions
entreprises en indiquant le code de cet appel.

L’Observatoire, programme de la FIDH et de l’OMCT, a vocation à
protéger les défenseurs des droits de l’Homme victimes de violations
et à leur apporter une aide aussi concrète que possible.

L’Observatoire a été lauréat 1998 du prix des Droits de l’Homme de
la République Française.

Pour contacter l’Observatoire, appeler La Ligne d’Urgence :
E-mail : Appeals@fidh-omct.org
Tel et fax FIDH : 33 1 43 55 20 11 / 33 1 43 55 18 80
Tel et fax OMCT : + 41 22 809 49 39 / 41 22 809 49 29

Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme
17, Passage de la Main d’Or
75 011 Paris, France

Organisation Mondiale Contre la Torture
Case postale 21 - 8 rue du Vieux-Billard
1211 Genève 8, Suisse


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

SOUTIENS INTERNATIONAUX CONTRE LA LOI TRAVAIL

mardi 14 juin 2016
JPEG - 44.4 ko

De nombreux soutiens internationaux à la lutte que nous menons contre la rétrograde loi Travail nous sont parvenus, parmi lesquels ceux de :

la Confederacion Intersindical (Espagne) ; l’ODT (Maroc) ; le Réseau syndical international de solidarité et de luttes et le réseau Rail Sans Frontière (Solidarité internationale) ; les organisations en lutte contre la loi Peeters (Belgique) ; les ouvriers de l’usine autogérée VIO-LE (Grèce) ; la région Genève du SSP (Suisse) ; CUB, SICOBAS USI-AIT, SGB, Fronte di lotta No Austerity (Italie), avec une manifestation de soutien USI, CUB, UNICOBAS, SI-COBAS, ASBEL-CNL, SGB, il sindacato è un’altra cosa – Opposizione CGIL à Rome ; Palestinian Postal Service Workers’ Union (Palestine) ; CSP Conlutas (Brésil), avec un rassemblement de soutien à Sao Paulo ; Ver.di, avec une initiative de solidarité à Hambourg (Allemagne) ; CGTP-IN (Portugal) ; Kesk, syndicat du service public (Turquie) ; plusieurs organisations à San Francisco (Californie).

Ce soutien ne se dément pas, qu’il vienne d’Espagne, de Portugal ou de Belgique.

Actualité internationale, soutiens, photos, vidéos, sur le site de Solidaires.
Solidarité internationale contre la loi Travail (vidéo, 28 avril).
Soutiens internationaux (liens, 28 avril).

JPEG - 43.6 ko
Belgique, le 24 mai

Lisez le Bulletin international.

L’International est en ligne

samedi 7 mars 2015

Le bulletin international

Le bulletin international de la fédération SUD éducation est désormais disponible en ligne.

Des livres pour Rojava

mercredi 25 février 2015
Des livres pour Rojava

Le Rojava ou Kurdistan de l’Ouest se trouve dans le nord-est de la Syrie. En novembre 2013 un gouvernement d’autonomie démocratique y a été proclamé. Il défend l’autogestion, l’émancipation des femmes, l’anti-capitalisme et l’écologie politique. En septembre 2014, une académie de Mésopotamie a été ouverte. Une campagne pour fournir sa bibliothèque a été lancée par les étudiant-es sur place, relayée par Solidaires étudiant-es et l’Union syndicale Solidaires.

L'appel «Des livres pour Rojava» de Solidaires étudiant-e-s

Contre la loi du bâillon de l’Etat espagnol !

jeudi 29 janvier 2015

Dans ce pays où selon une enquête récente de l’UNICEF 30% des enfants vivent sous le seuil de pauvreté, le mouvement social et syndical est frappé par une répression étatique rappelant les heures sombres du franquisme.

Pour faire face à cette réalité, un réseau solidaire anti-répression a été mis en place à l’initiative de plusieurs syndicats de lutte (CGT, LAB, CUT, Solidaridad Obrera, Confédéracion Intersindical, ASSI).

Un guide anti-répression édité par ces syndicats montre l’étendue de la répression. Le Réseau syndical international de solidarité et de luttes, que l’Union syndicale Solidaires a contribué à fonder, appelle à la solidarité internationale.


No pasarán !


→ Contre la Loi Mordaza, sur le site du Réseau syndical international de solidarité et de luttes ;
→ Le communiqué du Réseau, sur le site de l’Union syndicale Solidaires ;
Pretenden amordazarnos ! sur le site de nos camarades de la CGT - E

Appel à un rassemblement de solidarité avec les syndicalistes autonomes algériens (12 février, 13h00 devant le consulat d’Algérie)

mardi 12 février 2008

En soutien aux organisations syndicale de la Fonction Publique algérienne non inféodées au pouvoir qui organise une grève du 10 au 12 février en Algérie contre la faiblesse des salaires, la précarité et la répression. Rassemblements en France le mardi 12 février (13h00 à Lille devant le consulat d’Algérie, rue de Solférino)

Lire l’appel

projection de film en soutien à Oaxaca au CCL le 22/12 à 20H

vendredi 15 décembre 2006

21/12 projection de film en soutien à Oaxaca au CCL [20H]

films de l’appo + discut

CCL 4 rue de colmar / 59000 lille métro porte des postes

plus d’info ici : 21-22/12 action en soutien à Oaxaca sur Lille

rassemblement en soutien aux insurgé-e-s de Oaxaca 21/12 à 18H

vendredi 15 décembre 2006

rassemblement en soutien aux insurgé-e-s de Oaxaca 18H

rendez vous à 18H le 21 décembre place de la république

plus d’info ici (article Indy media lille) : 21-22/12 action en soutien à Oaxaca sur Lille