L’enseignement privé... pas privé de moyens

vendredi 28 septembre 2007

Le privé nettement moins touché par les suppressions de postes que le public

Quand Darcos annonce 11 200 suppressions de postes, il n’entre pas dans le détail, et pour cause ! Le traitement spécial minceur infligé au corps professoral n’est pas du tout le même pour les collèges/lycées publics que pour les établissements privés sous contrat (où, il faut le rappeler, les enseignant-e-s sont payés par le ministère de l’Éducation Nationale). Pourtant le calcul est simple : 400 postes d’administratifs dans le public + 9 400 postes d’enseignant-e-s dans le public + 1 400 postes d’enseignant-e-s dans le privé = 11 200. Le hic, c’est que théoriquement en matière budgétaire dans l’Education Nationale, on applique la règle dite des 80/20, calculée au prorata du nombre d’enfants scolarisés dans chacun des deux systèmes. Si vous sortez vos calculettes, vous obtenez donc pour 10 800 postes de profs supprimés, 1/5 dans le privé soient 2 160. Voilà sans doute une intervention du Saint-Esprit, mais les établissements privés sous contrat (très largement sous la tutelle de l’Église catholique) avec une amputation de 1 400 postes d’enseignant- e- s bénéficient d’une remise de 33% par rapport au tarif officiel. C’est sûrement ce que le président de la République, début juillet, appelait « répondre à certaines attentes des parents, s’agissant de l’école sous contrat ».

Les communes obligées de financer les écoles privées sous contrat

Véritable Père Noël pour l’enseignement privé catholique, le ministère Darcos s’entête à obliger les municipalités à financer la scolarisation de leurs élèves inscrits dans des écoles privées qui se trouvent sur un autre territoire communal. Bien qu’une première circulaire du 2 décembre 2005 qui impose ce financement ait été annulée par le Conseil d’Etat le 4 juin dernier, le gouvernement persiste et signe avec une nouvelle circulaire en date du 27 août 2007 qui, ni plus ni moins, exige à nouveau des municipalités qu’elles mettent la main au portefeuille pour les écoles privées qui scolarisent leurs enfants. C’est ce qui s’appelle de la récidive ! Mais que fait le président ?


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois