FONCTION PUBLIQUE

COMMUNIQUE DE L’UNION SYNDICALE G10 SOLIDAIRES
mercredi 1er octobre 2003

PDF - 16.2 ko
Télécharger le tract

Le 24 septembre 2003

SALAIRES, EMPLOIS, MISSIONS,... DELEVOYE DISTILLE LA POTION A MER Le Ministre de la Fonction Publique s’est refusé à toutes mesures concrètes sur les salaires dans la Fonction Publique. Le projet de Loi de finances confirme les réductions budgétaires des ministères et la volonté du gouvernement de s’attaquer à l’emploi dans la fonction publique et aux missions de services publics. L’évaluation/notation et la rémunération au mérite sont à l’ordre du jour.

HARO SUR LES FONCTIONNAIRES

Depuis cet été, le gouvernement a continué les hostilités ouvertes contre les fonctionnaires et tous les salariés de la fonction publique.

Des directives rappelant les règles strictes des retenues pour faits de grève, au rapport du Conseil d’Etat s’autosaisissant pour démonter la fonction publique, c’est une campagne revancharde, répressive et idéologique qui s’est engagée.

Le Projet de Loi de Finances (PLF) confirme les choix ultra-libéraux du gouvernement qui privilégie la défense et l’intérieur. Il est à noter qu’au moment où le gouvernement connaît des difficultés, le Premier ministre relance le thème de l’insécurité.

Alors même que le gouvernement a choisi de baisser l’impôt sur le revenu (ce qui profite aux plus aisés), sa communication et sa politique tournent autour des efforts de tous pour réduire les déficits.

A ce titre, Monsieur Delevoye utilise le manque de crédit pour refuser une véritable augmentation salariale. Or, le pouvoir d’achat des salariés dans la Fonction publique n’a cessé de se dégrader ces dernières années et les qualifications ne sont pas reconnues à leurs justes valeurs.

La campagne de dénigrement contre les fonctionnaires gaspilleurs et inefficaces continue, distillée par le gouvernement et relayée par certains médias. Les thèses du MEDEF et des libéraux ont toujours prôné la casse du statut de la Fonction publique. Pour commencer à établir leur programme, un adage s’impose :

TOUS DES FAINEANTS, QUELQUES-UNS MERITANTS

Messieurs Mer (ministre des finances) et Delevoye (ministre de la fonction publique) veulent que les agents de l’Etat soient distingués par la rémunération au mérite.

En janvier 2004, le décret relatif aux conditions générales d’évaluation de notation et d’avancement des fonctionnaires (n°2002-682 du 29 avril 2002) entrera en application.

Il consolide la procédure d’évaluation déjà mise en place dans certains ministères comme celui de la culture. Désormais toutes les catégories professionnelles, qui échappaient jusqu’à présent à l’évaluation, seront concernées par cette réforme. Il s’agit notamment des statuts dérogatoires (enseignants) et des contractuels. Quel en sera l’impact sur le personnel contractuel ? Etant donné que l’évaluation de ces derniers prendra en compte la performance professionnelle, elle aura en tout état de cause un impact sur les rémunérations, comme pour les agents titulaires, et une incidence sur le renouvellement de contrat.

Encore une fois, c’est la logique libérale qui s’applique.

Le productivisme, l’individualisme sont poussés à leur paroxysme. Il s’agit de « récompenser » quelques-uns pour freiner les carrières et les rémunérations de la majorité.

Cela permettra au gouvernement d’appliquer sa logique et de « grapiller » de l’argent en empêchant un déroulement linéaire des carrières pour les fonctionnaires et en limitant les salaires des contractuels. L’union syndicale G10 solidaires est fortement opposée à toute rémunération individuelle au mérite.

Comment évaluer le mérite d’un inspecteur de contrôle fiscal ?

Comment comparer les mérites d’un instituteur par rapport à un autre ?

Comment évaluer le mérite d’un employé de musée ?

Comment rémunérer un juge au mérite ? Au nombre d’emprisonnements prononcés ?

Les systèmes de notation existants sont déjà largement suffisants. L’Union syndicale G10 solidaires réfute l’idée de l’inégalité de traitement des salariés de la Fonction Publique selon des critères autres que l’évolution des carrières et la titularisation. La neutralité, le statut, l’indépendance des agents de l’Etat sont en jeu.

RECONNAITRE LES COMPETENCES COLLECTIVES

Si on doit parler de mérite, c’est celui des agents qui ont dû acquérir au fil des années des qualifications qui aujourd’hui sont déniées par les ministres.

Si on doit parler de mérite, c’est celui des agents de l’Etat qui doivent remplir leurs missions de Service Public avec moins de moyens et moins d’emplois.

Si on doit parler de mérite, c’est celui des agents de l’Etat qui sont confrontés aux attaques contre leur statut, de leurs missions liées à la décentralisation et à la réforme de l’Etat.

Si on doit parler de mérite, c’est celui des agents contractuels et titulaires de toutes les fonctions publiques qui travaillent et vivent dans une situation précaire.

Si on doit parler de mérite, c’est celui des personnels hospitaliers qui essaient de pallier les manques du pouvoir qui veut vendre notre système de santé.

Ce mérite là, le mérite collectif, le gouvernement ne veut pas le reconnaître, préférant mener des campagnes de dénigrement de la Fonction publique et du secteur public en général.

L’Union syndicale G10 Solidaires exige l’ouverture de véritables négociations salariales basées à minima sur la récupération des pertes de pouvoir d’achat enregistrées ces dernières années.

Elle revendique la titularisation de tous les précaires et le refus du transfert des taches essentielles de l’Etat vers des collectivités territoriales.

Elle revendique l’intégration des primes sans perte de pouvoir d `achat. Contrairement à l’épargne que se constituent les privilégiés qui bénéficient en priorité des baisses d’impôts, l’emploi et l’augmentation des salaires dans la Fonction publique génèrent de la consommation et de la croissance.

Loin de la logique de M. Mer qui voudrait que les plus riches soient les plus méritants, nous prônons une société plus juste avec un service public de qualité, les moyens nécessaires en emplois, et des agents motivés par des qualifications reconnues en termes de salaires. Salaires, emplois, missions de service public, décentralisation, réforme de l `Etat, budget, notation et rémunération au mérite, les sujets d’inquiétudes ne manquent pas, alors même que les agents de l’Etat peuvent être confrontés de par leur entourage aux autres conséquences de la politique du gouvernement et du Medef dans le secteur privé.

Les réponses et les revendications des agents se doivent d’être unitaires. En ce sens l’Union syndicale G10 Solidaires a écrit à toutes les fédérations de fonctionnaires pour envisager ensemble les ripostes et les réponses nécessaires.


UNION SYNDICALE G10 SOLIDAIRES 93 Bis rue de Montreuil escalier B1 75011 Paris
- Tél : 01 58 39 30 20
- mail : contact@solidaires.org

Les organisations de l’Union Syndicale G10 Solidaires Fonction Publique et assimilés : Snuccrf, Solidaires à la Douane (Sud,Snuddi), Snui, Su au trésor, Sud Anpe, Sud Cdc, Sud Centrale, Sud Collectivités Territoriales, Sud Culture, Sud Education, Sud Ptt, Sud Rural, Sud Santé-Sociaux, Sud Travail, SU Industrie, Sud Justice, Sud Recherche.


Documents joints

Télécharger le tract
Télécharger le tract

Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

AIR FRANCE : SOUTIEN AUX SALARIÉ-ES !

mardi 17 novembre 2015

SUD éducation 59/62 réaffirme son soutien aux salarié-es d’Air France victimes d’un chantage odieux à l’emploi, et aux salariés du sol et pilotes incriminés par la direction pour en faire des exemples. Six d’entre eux ont été mis à pied sans solde. Des procédures de licenciement sont menées sans élément tangible. Ne nous y trompons pas : la direction d’Air France veut se faire justice, casser un mouvement social légitime, et elle tente un contre-feu pour masquer ses errements.

La vérité sur les procédures.
Air France c'est ça ! (SUD Aérien)
La mobilisation / Les vrais comptes d'Air France (Alter).

CAISSE DE SOLIDARITÉ : PARTICIPEZ !




Toute l'info sur solidaires.org

EN GRÈVE LE 8 OCTOBRE !

jeudi 8 octobre 2015

SUD éducation 59/62 appelle à la grève le 8 octobre.
L’Union syndicale Solidaires est partie prenante de cette mobilisation unitaire.
logo Solidaires
→ Lisez le communiqué commun de septembre
→ Lisez l'appel CGT - FSU - Solidaires de juin
→ Retrouvez le 8 octobre dans le n°131 de Solidaires en action

PPCR : PASSAGE EN FORCE

jeudi 1er octobre 2015

Solidaires Fonction publique constate que le gouvernement ne respecte plus les accords de Bercy, en passant outre l’opposition majoritaire des syndicats au protocole PPCR !

→ Le communiqué de Solidaires Fonction publique
→ TOUT SUR LE PPCR : tapez PPCR dans le moteur à mots-clefs de Solidaires

SUD éducation soutient la grève à Radio-France

mardi 24 mars 2015

Les revendications portées par les salarié-es ne sont toujours pas entendues, ou peu s’en faut. Le service nettoyage dont certaines personnes ont été écartées après 25 ou 30 ans de service, a été réintégré, c’est une petite victoire. Pour le reste, les salarié-es dénoncent la souffrance au travail et la confusion entre service public et "marque". La grève a été reconduite. Avec nous le 9 avril ?

SUD éducation soutient la grève.

Communiqué intersyndical
SUD Radio France en grève
Le Meilleur des Ondes
Le Concert Interdit

Les capitalistes nous coûtent cher

lundi 9 février 2015

Le Réseau européen des syndicats alternatifs et de base lance une campagne internationale unitaire Les capitalistes nous coûtent cher.
PREMIÈRE AFFICHETTE (ou ici)

Les Capitalistes nous coûtent cher !

la campagne de Solidaires
la motion du Réseau européen

Menaces de mort à l’encontre d’un camarade !

vendredi 6 décembre 2013

Stop aux agressions fascistes !

Un jeune camarade de SUD étudiants Lille a reçu cette semaine, dans sa boîte aux lettres, une lettre anonyme contenant des menaces de mort.

L’Union syndicale Solidaires 59/62 prend très au sérieux cette nouvelle provocation fasciste. En effet ce jeune camarade a déjà fait l’objet de violences fascistes le 26 mars 2012, qui ont donné lieu à une main courante à l’époque.

De plus, les caves de la bourse du travail ont été marquées de 2 croix gammées, dans la nuit du 2 au 3 décembre 2013. Ce courrier s’inscrit dans le climat actuel de déchaînement raciste et xénophobe, comme rarement le pays a pu en connaître, de haine anti-rom, alors que 110 Roms sont actuellement accueillis à la bourse du travail de Lille.

L’Union syndicale Solidaires 59/62 appelle l’ensemble des syndicats, les organisations démocratiques et antifascistes à s’opposer avec la dernière des énergies aux idées et aux menaces fascistes qui se développent dans le pays.

Elle invite à ce titre à une réunion unitaire dans les locaux de l’Union syndicale Solidaires de la Bourse du Travail de Lille, 174, Bd de l’Usine, ce Lundi 9 décembre à 18 h.

Le communiqué du 6 décembre de Solidaires 59/62.

Fonction publique : abrogation de la journée de carence à compter du 1er janvier 2014

vendredi 15 novembre 2013

Le 13 novembre 2013, lors de la discussion budgétaire, l’Assemblée Nationale a voté l’abrogation du jour de carence à compter du 1er janvier 2014.

Cette abrogation avait été annoncée suite à la grève massive du 31 janvier 2013, à l’appel unitaire de l’intersyndicale CGT-FSU-Solidaires.

L’Union syndicale Solidaires n’a depuis cessé d’exiger l’abrogation effective de cette journée de carence, sans aucune efficacité en faveur de l’équité public /privé, et qui porte même préjudice à bien des agent-es malades.

Elle revendique que soient également abrogées les journées de carence pour les salarié-es de droit privé.

- Le communiqué de Solidaires Fonction publique du 14 novembre 2013.

{{Assemblée Générale extraordinaire de l’union syndicale Solidaires Nord-Pas-de-Calais}}

mercredi 3 octobre 2007

Le vendredi 5 octobre 2007 De 9H00 à 12H30

Salle des Célestines (La salle se situe rue des célestines, face au palais de justice de Lille)

A l’ordre du jour :

- Points sur les mobilisations autour de la grève du 18 octobre : Au niveau régional, compte-rendu des différentes intersyndicales : cheminots, Fonction Publique, ...) ;

- Au niveau national (compte-rendu du comité national de Solidaires du 4 octobre) ;

- Débat autour de la mobilisation et de la construction du rapport de force.

RAPPEL : CETTE AG EST OUVERTE A TOUS LES ADHERENTS.

30 000 manifestants à Lille ce 7 mars : la répression de la jeunesse comme réponse du pouvoir

mercredi 8 mars 2006

Communiqué de presse de l’Union Syndicale Solidaires Nord Pas de Calais

Mardi 7 mars 2006

Malgré la puissante démonstration de la jeunesse et du mouvement syndical de jeudi 7 mars, l’arrogance du pouvoir s’est traduite par des charges policières et une vingtaine d’interpellations à la manifestation Lilloise, 2 à Arras. Un militant a du être hospitalisé au CHRU.

L’Union Syndicale Solidaires dénonce cette répression du mouvement social et de la jeunesse. La légitimité de la lutte contre le CPE et le CNE est incontestable. Alors que la précarisation sociale touche 20 millions de personnes de ce pays soit un tiers de la population, la réponse à apporter aux revendications de la jeunesse se situe à mille lieues des coups de matraques et du 49-3.

L’Union Syndicale Solidaires exige la libération immédiate des jeunes et exige qu’aucune poursuite ne soit entreprise à leur encontre. Elle appelle de ses vœux la poursuite de l’action contre le CPE et à un soutien grandissant du monde du travail et de la jeunesse.