Le fichage généralisé, c’est ferme ta gueule et marche droit.

mercredi 1er octobre 2008

La mobilisation serait venue à bout d’EDVIGE. Le gouvernement prépare un nouveau décret, remplaçant ce fichier qui généralise les dossiers des RG par un clone : EDVIRSP. Aucun changement spectaculaire. Seule la bourgeoisie politicarde et patronale est rassurée. Elle ne sera plus mélangée avec le petit peuple et les délinquant -e-s potentiels. Certes, le fichage des orientations sexuelles disparaît mais celui des mineur- e-s dès 13 ans demeure. Les humanistes bon teint sont soulagés : on leur promet la destruction des fichiers si les mineur-e-s n’ont pas commis d’infraction. Quant au MEDEF, il ne risque pas de monter au créneau sur ce thème !

Ne prenons pas des vessies pour des lanternes ! Aujourd’hui la CNIL, vendue autrefois comme la garantie d’un fichage républicain et citoyen, n’a plus qu’un rôle consultatif. Rappelons que le fichier FNAEG (ADN) ne devait concerner que les « délinquant- e-s sexuels » et les terroristes. Pourtant, aujourd’hui, il peut toucher les suspects et témoins de tout délit... à l’exception des financiers. Qui plus est, les lois et décrets s’accumulent dans une indifférence quasi-générale. Ainsi, on fiche les enfants avec base-élèves, les sans-papiers avec ELOI... À quand un fichier pour les Rroms comme en Italie ? L’objectif est bien de chercher à ficher, ou de faire croire qu’on peut ficher, tout le monde. Quant au devenir des fichiers, il n’y a aucune garantie et rien ne permet d’écarter la possibilité qu’ils soient cédés ou vendus à n’importe qui.

Ce contrôle généralisé, sans oublier les flics et milices omniprésents et les caméras de vidéo surveillance, nous est présenté comme une garantie de sécurité : les croisement divers et variés permettraient d’intervenir à l’instant T. C’est évidemment un leurre. Malgré toute la technique mise en oeuvre, les effets ne peuvent être qu’a posteriori. Le véritable objectif est de faire taire les mobilisations en nous empêchant d’établir un véritable rapport de force (la judiciarisation des conflits sociaux l’atteste) tout en nous poussant à adopter un comportement normé. Le fichage pointe ainsi les comportements et les groupes présentés comme déviants. À ce titre, à l’heure où le droit à l’IVG semble contesté (INFO Sud n°68), la question de l’orientation sexuelle soulevée par la première mouture d’EDVIGE, montre la volonté des élites de renforcer une structure patriarcale capitalo-compatible. Bref, plutôt que de nous « protéger », le système sécuritaire vise à nous faire intégrer une sorte de flic mental : « Je me flique et je te flique parce que j’ai peur d’être fliqué. »

Battons-nous contre l’insécurité sociale de l’État et du patronat. Refusons de ficher nos élèves, et soutenons celles et ceux qui sont menacés de sanctions parce qu’ils n’ont pas accepté de ficher les leurs ainsi que celles et ceux qui ont refusé le prélèvement ADN.


Agenda

<<

2018

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois