toutes et tous dans la rue le 17 janvier et en grève le 29 janvier ...

edito de l’info sud de janvier 2009
mardi 20 janvier 2009

Avec le report de la réforme du Lycée imposé par la mobilisation lycéenne, l’année 2008 s’est terminée sur une victoire, prouvant par là-même que seule la lutte paie. Pour autant, report n’est pas retrait et il va falloir en mettre en coup pour transformer l’essai et poursuivre plus loin car la suppression des RASED reste programmée de même que la prise en charge des moins de trois ans dans des jardins d’éveil, les suppressions massives de postes (13 500 en France, autour du millier dans l’académie, 3 000 places en moins aux concours de recrutement). Quant aux réformes antérieures (BAC pro 3 ans, Supérieur, ...) elles produisent leurs effets délétères, brinqueballant élèves et personnels au rythme de l’appauvrissement pédagogique et des suppressions de postes. À cette triste litanie, on peut encore ajouter le blocage des salaires réels, les licenciements et le chômage technique, la casse des services publics en général, les expulsions des sans-papiers, etc.

LE COMBAT EST ENGAGÉ...

A ce tableau noir pourtant, il faut opposer une relance de la lutte non seulement en France mais aussi dans le reste du monde. La Grèce tout comme l’Italie ont été à la pointe du combat, même si dans le premier cas, la presse n’a retenu que les affrontements entre les flics et une jeunesse excédée par la casse sociale et la répression. La peur commence pourtant bel et bien à changer de camp et les États multiplient les reculades tactiques pour ne pas voir l’ensemble de l’Europe s’embraser : recul français sur le travail du dimanche et la réforme du lycée, recul européen sur l’allongement de la durée légale du travail...

Dans l’éducation, les lycéen-nes et étudiant-es des IUT ont ouvert la voie. Dans le premier degré, les enseignant-es des RASED sont mobilisés. De nouvelles formes de lutte sont apparues avec les refus individuels et collectifs dans le cadre du conseil d’école d’appliquer les mesures Darcos. Malgré les sanctions administratives, le mouvement s’amplifie même si notre académie est un peu en retard dans ce processus. SUD éducation appelle donc les enseignant-es concernés à engager le refus des 60h00 dans leur école et à signer le manifeste du refus (http://desobeissance-pedagogique.org/). Pour autant, ces actions ne peuvent suffire et les enseignant-es du secondaire ne doivent pas se reposer sur la mobilisation lycéenne. À nous, à la base, de construire un véritable mouvement de fond seul à même de faire reculer le gouvernement sur toutes ces réformes antiscolaires en cours et passées. C’est en ce sens que SUD éducation 59/62 soutient toutes les mobilisations, notamment celles décidées par les lycéen-nes. SUD éducation 59/62 dépose donc un préavis de grève courant permettant 1 à tou-tes les personnels (enseignant-es ou non, titulaires ou non).

Il est évident pour nous que ce mouvement de fond ne pourra être qu’un mouvement de grève reconductible et c’est dans cette otique que nous appelons à participer à la journée de mobilisation du 17 janvier et plus encore à la grève interprofessionnelle du 29 janvier. Cependant ces deux dates ne suffiront pas à établir ce véritable rapport de force. Une fois encore, c’est à nous, à la base, de le construire.

... CES JOURNEES NE SUFFIRONT PAS

CONSTRUISONS UN MOUVEMENT DE GREVE RECONDUCTIBLE


1. Le nom des signataires ne sera publié qu’une fois les 2 000 atteints.


Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627281234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois