RGPP, vous avez dit RGPP ?

mardi 13 janvier 2009

Comment expliquer simplement la RGPP ( révision générale des politiques publiques) ... ou comment parler de la RGPP sans ennuyer ? C’est ce que, modestement, courageux/se lecteur/trice, tu vas apprendre dans les prochaines lignes.

Il était une fois, des gens, supérieurement intelligents, qui se disaient : « Vive le privé car seule l’initiative individuelle et la compétition sont créatrices de richesses. Seul un marché totalement ouvert et libéré des contraintes peut nous conduire vers le bonheur de l’humanité argentée. Or, il reste encore des domaines qui échappent, peu ou prou, au marché. C’est lourd, c’est pesant, ça crée de la « dépense publique ». À cause de cette dernière, les entreprises, fleurons de l’humanisme postmoderne, sont grevées de « charges ». 

Laissons là, les ultra-gauchistes aux analyses sommaires. Ils/elles sont bien moins intelligent-e-s. Et poursuivons la sainte parole :

« Voici les tables de la loi :

1/ Luttons donc contre les « charges », ça créera ce que nous appellerons un « déficit public ».

2/ Ce dernier mettra en lumière la « dépense publique » qui devra alors se rationaliser.

3/ Ça plombera ce que nous appellerons « services publics » que nous accuserons de ne pas être performants.

4/ Il nous suffira alors de les contraindre financièrement, de les restructurer, puis enfin, de les balayer, épuisés qu’ils seront de la diète occasionnée.

5/ Le marché s’ouvrira totalement, nous aurons gagné, vive le privé, CQFD. »

Il était une fois aujourd’hui ; bilan provisoire :

1/ C’est fait, merci à tous les participants médiatisés.

2/ C’est fait, grâce notamment à ce qu’on a appelé la LOLF (loi organique sur les lois de finances).

3/ Oh, c’est bientôt gagné, merci à tous les concurrents médiatisés et c’est la raison de la RGPP.

4/ Ben, voilà, on y est, c’est la mise en place et le fonctionnement de la RGPP.

5/ Encore quelques efforts, mais il va falloir un peu ramer à cause de cette « crise » qui rend le privé un peu moins privé... »

Voilà pour la fable. La réalité n’est pas plus nuancée. Ce qu’on appellerait, dans le privé, un plan de restructuration se fait pour certains services publics sous l’autorité du préfet. C’est une nouvelle décentralisation exacerbée sans contrôle démocratique. Oh, rassurez-vous, les syndicats sont conviés à quelques réunions en préfecture. Pour certains, les motifs d’inquiétude sont en priorité leur future représentativité questionnée par les restructurations-fusions de services annoncées.

Pour d’autres services publics, la RGPP est le cadeau qui permet de mettre le paquet sur les suppressions de postes et autres mesures destructrices.

Pour SUD éducation et Solidaires 59/62, il est plus que temps de s’élever contre cette idéologie en actes. Renseignez-vous, parlez-en et au fait... à quand la révision générale des politiques pour le privé ?


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois