Une nouvelle louche de précarité : les "médiateurs de la réussite scolaire"

Communiqué
jeudi 12 mars 2009

- Communiqué ci-dessous et en pièce jointe de SUD éducation 59/62 du 23 janvier 2009.
- Communiqué de presse de l’intersyndicale des Assistant-es Sociaux (CGT, FO, FSU, SUD) en pièce jointe.

PDF - 79.4 ko
communiqué de l’intersyndicale des AS du 12 février

- Fiche de poste des médiateurs/rices

PDF - 29.8 ko
fiche de poste médiateurs

- Article "Les 5 000 précaires de Darcos" paru dans le journal fédéral de mars 2009


UNE NOUVELLE LOUCHE DE PRECARITE :

LES "MEDIATEURS DE LA REUSSITE SCOLAIRE"

Darcos nous annonce la création de 5.000 emplois de « médiateurs de la réussite scolaire », recrutés en contrats aidés, pour lutter contre l’absentéisme scolaire.

Entre annonce bling-bling et destructions de postes

Mécontent sans doute de la grogne qui couve chez les parents et les personnels de l’Éducation Nationale, Darcos procède comme son patron, il sort de son chapeau des mesures ni construites ni réfléchies en balançant, sans formation, des personnels au contact des élèves et de leurs parents alors que ces missions, difficiles, relèvent du travail des CPE et des assistant-es sociaux. C’est
aussi se moquer du monde puisque le ministre annonce ces créations de personnels « bon marché » alors que le gouvernement maintient le cap des suppressions des 13 500 suppressions de postes pour la rentrée 2009 sans compter la réduction du nombre de personnels de vie scolaire. Cette mesure nous montre par là même le peu de cas qui est fait des assistant-es sociaux et des CPE dont le nombre ne
cesse de se réduire. Ce projet semble conduire les CPE tout droit vers des fonctions purement administratives.

Et encore une louche de précarité

Ces « médiateurs de la réussite scolaire » seront recrutés sur des postes on ne peut plus précaires : les contrats aidés. En lieu et place de personnels statutaires, l’État recrute donc des personnes qui vivront avec moins d’un SMIC mensuel (temps partiels au SMIC horaire) dont l’intégralité ne sera même pas à la charge de L’État-patron (RMI, ASS et API étant versés par les collectivités
territoriales). Quant à la formation des personnels, on l’a vu pour les autres contrats aidés, elle se réduit à peau de chagrin et n’offre aucune chance d’emplois futurs, d’autant que ce type de mission est presque exclusivement réservé à des précaires. Cela dit, en période de licenciements, cela fera toujours 5 000 chômeurs/ses de moi dans les statistiques. Par cette mesure, L’État patron qui vient de mettre une Agence Nationale de Remplacement (par des précaires) de personnels statutaires peut ainsi normaliser un peu peu plus la précarité dans le service public d’éducation. Le plus drôle est que, selon le ministre, l’objectif principal est de lutter contre « l’échec
scolaire et la précarité des jeunes ».

Flics pas chers pour pauvres

Si la lutte contre l’absentéisme scolaire est une nécessité encore convient-il de ne pas y aller avec des godillots. Cette mesure s’inscrit en effet dans la stigmatisation des familles des quartiers populaires, sans que la misère économique et sociale ne soit le moins du monde évoquée comme cause des difficultés des élèves. Le ministre, dénaturant le travail effectué par les personnels statutaires, prétend qu’il faut aller « au contact des familles ». Puisque les convocations sont « sans effet », c’est qu’il faut aller directement chez ces familles. Cette volonté d’envahir l’espace familial pour les fliquer en enrobant le tout d’un moralisme stupide n’est pas une nouveauté. Le ministère de l’Éducation Nationale a déjà recours aux « citoyens volontaires de la police nationale » chargés d’une surveillance « discrète » des familles. Le sécuritaire rentre donc un peu plus à l’école. Les élèves des quartiers populaires qui subissent déjà la police à l’extérieur apprécieront.

Face à ces mesures réactionnaires, SUD éducation 59/62 revendique :
- l’abandon des suppressions de postes prévues pour 2009 et des créations de postes statutaires à la
hauteur des besoins notamment pour la vie scolaire et le service social scolaire ;
- la titularisation sans condition des précaires et le retour au statut de MI-SE pour les surveillant-es ;
- l’arrêt de toutes les mesures sécuritaires à l’école (collaboration avec les services de répression, video surveillance, fichage des élèves...)

Lille, le 23 janvier 2009.


Documents joints

communiqué médiateurs de la réussite scolaire
communiqué médiateurs de la réussite scolaire
communiqué de l'intersyndicale des AS du 12 (...)
communiqué de l'intersyndicale des AS du 12 (...)
fiche de poste médiateurs
fiche de poste médiateurs

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

départs bus pour manif du 2 décembre contre la précarité

lundi 27 novembre 2006

Ce Samedi 2 Décembre 2006, une manifestation a lieu « contre le chômage et la précarité, pour la justice sociale » à 14h, place de la République à Paris à l’appel de toutes les associations de chômeurs (AC, APEIS, MNCP) et de nombreuses organisations (ATTAC, DAL, FSU, Solidaires, SNU ANPE, SUD, Confédération Paysanne…)

AC ! Nord Pas de Calais organise des départs en bus à partir de Calais, Dunkerque, Armentières (9h devant l’hôtel de ville), Lille (9h30 porte de Paris), Oignies (8h30 devant l’hôtel de ville), Liévin (9h00 devant l’hôtel de ville), Loos en Gohelle (9h15 devant la mairie), Arras (9h30 devant la gare SNCF).

Nous vous remercions de votre soutien et nous vous demandons de bien vouloir rediffuser l’information. Contre le chômage et la précarité les chômeurs et précaires du Nord Pas de Calais veulent se faire entendre. Nous avons besoin de votre soutien, notamment financier. Merci de ce que vous pourrez nous envoyer.
Celui qui se bat peut perdre, celui qui ne se bat pas à déjà tout perdu. »

Tout renseignements auprès de AC ! Nord Pas de Calais BP 143 62803 LIEVIN ou par Tél./Fax : 03.21.29.69.59 ou par mail : acnpc@hotmail.com ou auprès de AC ! Métropole par Tél./Fax : 03.20.38.08.83

Rassemblement contre la précarité le mercredi 19 janvier 2005 à 14h00

dimanche 2 janvier 2005

Dans le cadre de l’action contre la précarité, Sud et la CNT ont obtenu une audience auprès du Recteur le mercredi 19 janvier 2005 à 14h30.

Rassemblement devant le Rectorat le mercredi 19 janvier 2005 à 14h00.