Des mesures concrètes...et vite !

mercredi 11 mars 2009

Aux revendications des salarié-e-s, patronat et gouvernement répondent « c’est la crise, on ne peut pas ! »… Mais avant la crise, quand « on pouvait », que disaient-ils et que faisaient-ils ? La même chose !
Tous nos acquis sociaux, nous les devons aux luttes collectives.
Aujourd’hui, il faut imposer une autre répartition des richesses car les patrons encaissent les subventions et continuent de licencier partout où ils peuvent !

Nous avons besoin de mesures concrètes, vite !

Arrêt des licenciements, indemnisation à 100% du chômage partiel, car les salariés n’ont pas à payer la crise par le chômage alors que les entreprises accumulent les profits !

Augmentation générale des salaires de 300 €, des pensions, du SMIC et des minima sociaux à 1500 €, parce que les salarié-e-s n’ont pas à payer la crise alors que patronat et actionnaires engrangent toujours dividendes et rémunérations exorbitantes !

Des moyens supplémentaires et de nouvelles orientations pour les services publics, pour que les droits fondamentaux (santé, éducation, transport, communication, etc.) soient accessibles à toute la population !

Avec une petite partie des milliards que patrons et actionnaires nous ont pris depuis des années, il y a des solutions pour le pouvoir d’achat, l’emploi, les services publics !

Et dans l’Éducation Nationale...

Le 19 mars et après, faisons aussi entendre les revendications de l’Éducation Nationale et exigeons :

— L’abandon des 13 500 suppressions de postes pour 2009 ;
— La création des postes nécessaires notamment par le retour des dizaines de milliers de postes supprimés ces dernières années ;
— Le retrait du projet Darcos-Pécresse ainsi que de la LRU dans le Supérieur ;
— L’abrogation des décrets Darcos (60h, nouveaux programmes, SMA, etc) de destruction de l’école primaire et l’arrêt de l’application « base-élèves » ;
— L’abandon de la contre-réforme Darcos du lycée, et non son report ;
— L’arrêt de la contre-réforme des lycées professionnels (suppression des BEP et généralisation du bac pro en 3 ans) ;
— L’arrêt des sanctions administratives ou judiciaires contre les acteurs et actrices du mouvement lycéen et enseignant ;
— Le réemploi et la titularisation de tous les précaires sans condition.


Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois