TOUS ET TOUTES DANS LES ACTIONS INTERPROFESSIONNELLES

mercredi 20 mai 2009

Sous les cendres, la braise : tous en grève le 26 mai...

Il y a eu du monde dans les rues, il y a eu des actions partout. Après le 29 janvier, le 19 mars et le 1er mai, et malgré la surdité du pouvoir et la timidité calculée des directions des grandes confédérations, la colère gronde et les actions continuent. Car face aux mobilisations, et malgré la nocivité patente de l’économie capitaliste sur le bonheur humain et l’écosystème, le gouvernement change une seule chose : son discours. Mais pas ses actes. Il renfloue les financiers irresponsables, il laisse faire les entreprises qui profitent de leur crise pour licencier, délocaliser et augmenter leur profit ; il continue à détruire toutes les garanties collectives. Et la précarité sous toutes ses formes progresse. C’est pour construire à la base le rapport de force interprofessionnel que nous appelons à la grève le 26 mai.

Tribunaux et prisons engorgés ? Qu’à cela ne tienne ! On diminue le nombre de tribunaux et on multiplie les procédures judiciaires. Et Coupat reste enfermé. La solidarité envers les Sans-Papiers se développe ? On en fait un délit. À Continental, on délocalise. Après avoir été durement affaiblis, les hôpitaux et la santé sont dans la dernière ligne droite : au bout, la privatisation totale. Viendra ensuite la conversion de la Poste en société anonyme.

Au coeur de cette tourmente, bien sûr, l’Éducation. Car un peuple éclairé peut être gênant. Les universités, parce qu’elles représentent encore des lieux de développement de connaissance indépendants des intérêts privés sont attaquées et se rebellent. Dans les premier et second degrés les mobilisations ont parfois porté leurs fruits, mais n’ont pas encore suffi, pour l’instant, à sauver les RASED, maintenir une cohérence de la voie professionnelle, lutter contre la saignée dans les postes ou résorber la précarité. La question des examens se pose donc, comme dans les universités.

Dans ce contexte, le congrès de la fédération SUD éducation, qui s’est tenu du 4 au 8 mai à Cherbourg, tout en affinant le projet alternatif d’école du syndicat, a, entre autres, réaffirmé la nécessité de la lutte. Il a aussi interrogé l’unité intersyndicale et son étonnante stratégie. Car face à une politique qui choisit la destruction sociale pour choyer quelques privilégié-es, c’est tou-tes ensemble, en soutenant les actions actuelles et en les développant, qu’il nous faut construire la seule riposte efficace : la grève générale reconductible.

Alors que Sarkozy et consorts crient haro sur les cagoules, gardons les yeux ouverts et la bouche libre afin de raviver les braises. Car, leur crise, nous ne la paierons pas.


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois