Comme les refuseux/ses, désobéissons

vendredi 6 novembre 2009

La notion de bio-rythme, reconnue et inscrite dans la loi d’orientation de 1989 où l’élève était au centre des apprentissages, a été balayée par Darcos pour des questions de réduction des coûts. Dès septembre 2007,
le ministre de l’éducation annonce à grand renfort médiatique qu’il « rend aux parents leurs enfants le samedi matin, que de nouveaux programmes seront concoctés et que les moyens en personnel seront redistribués. » De plus la scolarisation des tout-petits et la liberté pédagogique sont la cible d’attaques permanentes. L’école française a en outre la journée la plus longue d’Europe à laquelle on ajoute une demi-heure en moyenne pour les élèves en difficulté.

Alors qu’en juin 2008, aucune école n’est encore informée des directives de rentrée, en septembre, les équipes pédagogiques ont l’obligation de mettre en place l’aide personnalisée autour d’une semaine de 24 heures au lieu de 27. Pourtant, le repos du mercredi est essentiel pour la plupart des élèves notamment pour les cycles I et II. Quelques résistances se manifestent. Il s’agit d’enseignant-es qui désobéissent par rapport aux nouvelles instructions officielles de 2008 et de l’application de l’aide personnalisée qui stigmatise les enfants en difficulté. Pour cela, ces refuseux/ses sont l’objet de mesures répressives.

Cette diminution du temps scolaire pour l’élève et l’application des nouveaux programmes conduisent à se consacrer aux « fondamentaux » (lire, écrire, compter), à renforcer le rabâchage et à oublier qu’il faut d’abord comprendre pour mieux maîtriser ses apprentissages. Tout cela se fait au détriment d’une pédagogie émancipatrice axée sur l’ouverture culturelle et le développement personnel. D’autre part, ce rythme introduit
insidieusement celui de l’entreprise dans la mesure où il se fonde sur des évaluations constantes des élèves comme des profs, des primes, une personnalisation obsessionnelle de l’échec scolaire vu comme un « défaut
technique » à corriger et/ou punir sans tenir compte des conditions socio-culturelles. De plus, il renforce les inégalités entre les élèves. En effet, les familles aisées peuvent compenser les heures manquantes à cette semaine écourtée par des cours privés.


Agenda

<<

2019

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois