Algérie : violente répression d’une grève dans l’éducation

mercredi 9 décembre 2009

Le 10 novembre, les enseignant-es contractuels ont participé à une grève massivement suivie pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail, pour demander l’ouverture de postes aux concours de recrutement et exiger un salaire décent. Cette grève a été une réussite car elle traduit des revendications légitimes. Elle aura duré plus de trois semaines, fait inédit dans le pays. La réponse des autorités est d’une indignité complète. Une fois de plus, l’appareil répressif s’est abattu sur
les manifestant-es lors d’un sit-in devant le ministère. La police a fait preuve d’une violence inouïe et indigne d’un État de droit. Des manifestant-es ont même été arrêtés et conduits au commissariat le plus proche, parmi celles-ci et ceux-ci des membres du CNEC SNAPAP (Coordination Nationale des Enseignants Contractuels) et de l’intersyndicale éducation des autonomes. Une femme enceinte a été conduite à l’hôpital après avoir été bousculée par des policiers. La présidente du Cnec Snapap ainsi que de représentants locaux ont été licenciés sans motif, qui plus est ! Une telle décision est proprement scandaleuse ! Une fois de plus, le pouvoir s’acharne sur les autonomes et nie les droits élémentaires des citoyen-nes. Une fois de plus, ces militant-es ont montré leur courage et leur détermination face à l’appareil répressif d’État. Les autonomes envisagent dans les semaines qui viennent une grève étendue à l’ensemble du public.


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois