Fonctionnaires : encore et toujours bouc-émissaires

mercredi 10 mars 2010

En parallèle au non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite (une mesure dont l’incidence sur le budget de l’état est marginale et qui pénalise avant tout les usagers) et à la réorganisation des fonctions publiques d’État, hospitalière et territoriale (source de confusion au détriment du service public en général), deux nouvelles annonces montrent la détermination du gouvernement à poursuivre sa
« croisade » contre la fonction publique et le statut de ses personnels :
Licenciements des fonctionnaires : suite à la loi votée en juillet dernier sur la mobilité des fonctionnaires, un projet de décret a été soumis aux syndicats sur la « réorientation professionnelle » des fonctionnaires de l’État. Ce décret prévoit qu’un fonctionnaire puisse être mis en disponibilité si celui-ci refuse trois postes. Pour parler plus simplement il s’agit de pouvoir licencier un fonctionnaire au motif de la suppression
de postes. Sachant que depuis 2007 plus de 100 000 emplois ont été supprimés dans la fonction publique d’État et que le gouvernement tient à garder ce même rythme, des milliers de salariés de l’État pourraient être licenciés. Forte baisse des recrutements plus licenciements, la formule est parfaite pour démanteler le service public et en particulier
au niveau de la santé, du social et de l’éducation. C’est encore une fois la population dont le niveau de vie ne permet pas le recours au privé qui va être pénalisée. Retraites du secteur public en danger : le gouvernement envisage de changer le salaire de référence qui sert à calculer le montant de la pension des salarié-es du secteur public. C’est aujourd’hui le salaire des six derniers mois. Il voudrait appliquer, au nom de l’équité, la référence aux 25 meilleures années qui a été imposée au secteur privé. Outre le fait que les primes ne sont pas prises en compte dans le calcul de la retraite des fonctionnaires, alors que c’est le cas dans le privé, il s’agit d’une drôle de conception de l’équité qui elle consiste à aligner tout le monde vers le bas. Pour Solidaires, la retraite du secteur public doit être défendue, non seulement parce que sa remise en cause serait une injustice pour les concernés, mais aussi parce qu’elle reste une référence pour tous les salariés.


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois