LA LUTTE TOTAL-e

mercredi 10 mars 2010

TOUTES ET TOUS EN GREVE le 12 MARS et le 23 MARS !

Bien sûr nous savons tou-tes que ces deux rendez-vous ne suffiront pas. SUD éducation appelle d’ores et déjà tous les personnels de l’éducation à :
- préparer le prolongement et le développement rapide et massif de ces journées de grève ;
- s’engager dans des actions de convergence avec les salarié-es des autres secteurs d’activité du public et du privé, comme avec les chômeurs/ses et les précaires

Le 12 mars, dans l’éducation, et le 23 mars, en interprofessionnel privé/public, deux rendez-vous à saisir pour construire la convergence des mobilisations et une lutte sociale d’envergure. Dans le cadre d’un large appel national intersyndical interpro privé/public fixé au mardi 23 mars, nous devons montrer une réelle capacité, par les manifestations et grèves, à défendre nos revendications pour la défense des conditions de travail, des retraites, des revenus et des services publics. Avant cette journée, dans l’éducation cette fois, une large intersyndicale appelle
à une journée de grève nationale le vendredi 12 mars. Cette date est d’autant plus importante que dans notre académie, encore une fois durement touchée par les suppressions de postes, depuis la rentrée des vacances de février, les personnels de nombreux établissements se sont spontanément organisés (AG, actions en tout genre, grèves…) pour dénoncer les dotations en moyens pour la rentrée scolaire prochaine. Être en grève ce 12 mars, c’est la possibilité de participer à
des Assemblées Générales pour permettre la convergence et le développement des mobilisations dans l’éducation notamment contre la réforme du lycée.

Obtenir l’abandon de la réforme du lycée pour mettre un coup d’arrêt aux ravages de la politique du gouvernement en matière d’École.

La réforme du lycée du ministre Chatel porte en elle tous les dangers qui pèsent sur le service public d’éducation. À la fois en terme de moyens – la réorganisation du lycée est une façon pour le gouvernement de gérer tant bien que mal les difficultés engendrées par les milliers de suppressions de postes de ces dernières années –
mais aussi en terme de projet global pour l’École. Cette réforme, qui associe un pouvoir accru aux chefs d’établissement à des modifications de programmes sans concertation, à une augmentation des missions des enseignant-es et au démantèlement du service public d’orientation, est le prolongement de ce qui a été mis en place dans le 1er degré (programmes, compétences…), au lycée professionnel (bac pro 3
ans), dans le supérieur (autonomie des universités). À cela, il faut ajouter la réforme du recrutement des enseignant-es, avec la quasi-disparition de leur formation. Obtenir l’abandon de la réforme Chatel est donc un enjeu stratégique pour stopper et remettre en question la transformation actuelle de l’École. Une École plus que jamais machine à trier et outil de reproduction sociale.


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois