Vie scolaire : NI VIGILE, NI MANAGER

vendredi 30 avril 2010

Un peu avant la mascarade sécuritaire des « États Généraux de la violence scolaire » qui s’est tenue les 7 et 8 avril, un protocole d’inspection des CPE se prépare pour la rentrée 2010. Dénaturant totalement le métier, il a été décidé par le ministère et une association de CPE aux ordres. Ce protocole bascule les CPE du côté de la direction avec de nouvelles missions de management, une culture de l’évaluation et du pilotage, bien loin de l’esprit de la circulaire de 1982. Les missions étaient alors le suivi des élèves, la coopération avec l’ensemble de la communauté éducative, le fonctionnement de l’établissement et
l’animation éducative. SUD éducation dénonce cette dérive managériale. Si le ministère manque à ce point de petit-es chefs, qu’il aille les
chercher ailleurs que chez les CPE. À l’issue de ces pseudo-états généraux, il a été proposé de créer des postes de préfets des études pour les CPE ou les aspirant-es chefs d’établissement. Cette formule réactionnaire vise à créer de « super CPE » (dixit La Croix) qui piloteraient, de loin, des équipes pour le suivi d’une ou plusieurs cohortes
d’élèves. Testé dans l’académie de Créteil où sévissait l’actuel directeur général de l’enseignement scolaire, ces « préfets » annonçent clairement l’orientation proposée par le protocole. Ces futur-es super managers dirigeraient donc des équipes de vie scolaire de moins en moins nombreuses, toujours plus précaires (AED, puis CAE et aujourd’hui CUI...), aux missions de plus en plus lourdes avec des contraintes
horaires de plus en plus fortes. Dans le même temps, on médiatise à outrance la violence scolaire, présentée comme forcément ascendante, au point de mettre en place ces fameux états généraux.
Puisqu’on supprime des moyens humains, on renforce le virage sécuritaire (fichage, multiplication des interventions des équipe mobiles de sécurité (assemblage de flics et de personnels éducatifs), discours sur la sanctuarisation de l’École...) et hiérarchique (choix des équipes pédagogiques par le chef d’établissement dans les établissements
difficiles...)
Refusons le protocole d’évaluation des CPE et l’École du sécuritaire et de la précarité.
Pour tous les personnels, des postes de titulaires à hauteur des besoins (pas d’établissement sans CPE) ;
Et arrêt du recrutement des précaires et retour a minima à un statut de MI-SE amélioré.


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois