Élections professionnelles 2011

jeudi 3 novembre 2011

La démocratie bafouée

Les raisons qui nous ont amenés à dénoncer le vote électronique expérimenté dans l’Éducation Nationale et nos inquiétudes quant aux conditions du déroulement des élections professionnelles d’octobre 2011 sont aujourd’hui avérées :

- La confidentialité du scrutin n’a pas été garantie ;
- Une proportion non négligeable d’électeurs et d’électrices n’a pu participer au scrutin suite à des défaillances techniques et en particulier au niveau des personnels contractuels, précaires aussi dans la démocratie sociale ;
- Des dysfonctionnements répétitifs du site électoral ont compliqué la tâche de l’électorat, des organisations syndicales et des personnels administratifs chargés de ces élections ;
- Le dépouillement des votes n’a offert aucune garantie de fiabilité ;
- L’expression syndicale officielle a été réduite à un minimum même pas syndical : pas d’affichage des professions de foi et des listes de candidat-es pour les scrutins nationaux, non accès aux professions de foi dans l’espace électronique de vote, tentative de censure sur le site rectoral de l’académie de Lille, etc.

En conséquence, SUD éducation conteste la légitimité démocratique de ces élections et soutient tous les personnels qui, privés de leur droit d’élire leurs représentant-es, ont déposé des recours.

Baisse significative de la participation

Les nouvelles modalités de vote et l’élection directe pour la première fois aux comités techniques (CT), scrutins intercatégoriels, rendent difficile la comparaison des résultats des élections de 2011 à ceux des derniers rendez-vous électoraux qui se limitaient à l’élection par corps des représentant‑es du personnel aux commissions administratives paritaires (CAP). Un premier constat s’impose néanmoins : la participation des personnels a chuté. Conséquence directe des dysfonctionnements du vote électronique, la baisse de la participation peut être estimée à plus de 20 % par rapport aux élections de 2008 (par exemple au niveau national, pour les CAPN du 2nd degré, on est passé de 64,11 % de participation en 2008 à 43,01 % cette année). Pour les CT, scrutin de référence en terme de « photographie du paysage syndical » dans l’Éducation Nationale, la participation est tout aussi faible : 368 858 votant‑es pour le CT Ministériel sur 957 034 inscrit-es soit 38,3 %. Au niveau de l’académie de Lille, les chiffres de participation sont encore plus bas : 22 004 votant‑es pour 62 124 inscrits soit 35,4 %.

Dans un paysage syndical qui reste figé…

Au vu de ce qui est comparable, les grands équilibres entre les organisations syndicales de l’Éducation Nationale n’ont pas été remis en question par ces élections. La FSU reste largement majoritaire (40,6 % au CTM) devant l’UNSA (20,7 %). Il semble toutefois que la CFDT (9,99 %) ait perdu quelques plumes dans ce scrutin au profit de FO (10,09 %).
Dans l’Académie de Lille, toujours syndicalement très conservatrice, l’UNSA, grâce à la persistance de sa forte implantation dans le 1er degré et aux voix des personnels de direction, arrive en tête (33,46 % au CTA) et coiffe sur le poteau la FSU (33 %).

SUD éducation gagne sa représentativité et maintient son implantation

Avec 20 241 voix obtenues au scrutin national du CTM (5,79 %), la fédération des syndicats SUD éducation obtient un siège sur les 15 qui étaient en jeu pour cette élection et gagne ainsi sa représentativité (sont considérées représentatives les organisations syndicales siégeant au CTM). Si, d’une manière générale, on n’enregistre pas de poussée du vote SUD, notre fédération a légèrement progressé au niveau du nombre d’élu-es, près d’une centaine, dans les différentes instances administratives paritaires (CAPN, CAPA, CAPD et CCP pour les contractuel-les).
Dans l’académie de Lille, les résultats de SUD éducation sont en deçà du national (881 voix au CTA soit 4,22 %, nous n’avons pas d’élu-e à ce niveau). Cependant, la réélection de nos représentant-es en CAPA certifiés et CAPA orientation conforte le travail mené par ces élu-es depuis plusieurs années. S’il nous reste à nous développer dans le 1er degré quelques signes très encourageants sont à noter, notamment à l’élection au CT de l’université de Valenciennes où Sud éducation devient la 2ème organisation syndicale avec 24,85 % des voix.

Ces élections professionnelles dans l’Éducation Nationale étaient inscrites dans un processus électoral qui concernait toute la fonction publique (hormis la fonction publique territoriale pour cette fois). Il est donc aussi essentiel pour nous d’observer les résultats globaux de l’union syndicale Solidaires (union qui regroupe notamment les syndicats SUD). En attendant les résultats définitifs à ce niveau qui ne seront connus que fin novembre, nous constatons d’ores et déjà, là où les résultats sont publiés, que les syndicats de Solidaires maintiennent leur représentativité ou progressent.

Enfin, n’oublions pas que ces élections professionnelles ne représentent qu’une facette de la réalité syndicale. Sur le terrain, et au quotidien, SUD éducation, conforté par les résultats obtenus, va donc poursuivre les actions collectives avec les forces mobilisables et développer le syndicalisme qu’il défend : un syndicalisme de lutte, de transformation sociale et de défense des personnels.


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois