Loi de prévention de la délinquance : non au flicage de nos élèves

mardi 7 novembre 2006

manif à Paris le 18/11, départ en Bus depuis lille, contacter le syndicat ou SUD CT (Anne) au 06 72 80 08 83

Vantée par Sarkozy, encadrée par des rapports prônant le renforcement du fichage ou du tout répressif depuis la plus tendre enfance, la loi dite de Prévention de la Délinquance a été votée par le Sénat et sera examinée en novembre par l’Assemblée.

Véritable filet sécuritaire destiné à fliquer/réprimer l’ensemble de la société, cette loi ne cherche pas à lutter contre la misère et l’exclusion sociale. Au contraire, en remettant en cause l’ordonnance de 1945, qui protégeait les mineurs de l’incarcération pure et simple, elle subordonne l’éducation au répressif ; en obligeant les travailleurs sociaux à signaler aux mairies le nom des personnes en difficultés sociales ou éducatives, elle érige la délation en système et stigmatise les familles déjà victimes du chômage et de la pauvreté ; en dotant les Maires de pouvoirs étendus (suspension des prestations sociales), elle ajoute un échelon répressif supplémentaire et instaure un dispositif de contrôle social dirigé vers les plus défavorisés...

Il va de soi que l’Education Nationale est particulièrement visée par cette loi.

Certes, l’obligation de signaler les « conduites à risque » dès la maternelle a disparu du texte définitif pour mieux revenir par l’intermédiaire d’un système de fichage généralisé. Les travailleurs sociaux qui interviennent auprès de nos élèves seront contraints de livrer aux mairies le contenu de leurs dossiers. De même dans le Premier Degré, les futures Bases de Données Elèves où figureront des données confidentielles (suivi Rased, nationalité, vie scolaire, absentéisme...) seront accessibles aux mairies. On sait par ailleurs que les « réformes » Fillon/De Robien encouragent le partenariat Education Nationale-police et le partage des renseignements sur les élèves (note de vie scolaire dans le Secondaire, décisions des conseils de discipline, etc.). La Loi de Prévention de la Délinquance remet donc en cause la nature de nos missions et risque de détruire la confiance entre les élèves et l’équipe éducative transformée en informateurs inconscients croyant « bien faire » ...

Pour SUD éducation, la mission de l’école doit être avant tout émancipatrice. Il ne saurait être question de transformer nos établissements en centres de fichage et de contrôle social. Nous continuons à revendiquer le rôle prépondérant de l’éducation sur le répressif et exigeons tous les moyens nécessaires à notre mission.

Nous encourageons donc les enseignant-e-s à refuser de jouer le rôle de supplétifs des forces de police que Sarkozy veut nos imposer. Lutter contre cette loi liberticide, c’est avant tout agir avec prudence lorsque nous transmettons des informations hors de nos établissements (notamment les données relatives à l’identité et à la nationalité). C’est aussi marquer notre opposition à la transformation de nos missions d’enseignement en participant à la manifestation du 18 novembre à Paris.

Contactez le Syndicat SUD éducation Nord-Pas de Calais au 03 20 55 99 29 ou 06 73 35 87 68 pour l’inscription.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois