Service social scolaire : soldes avant fermeture ?

mardi 15 mai 2007

Au plan national, le ministère de l’éducation a décidé de créer seulement l’équivalent de 20 postes d’Assistant-e-s Sociaux (AS) contre 50 promis précédemment. Face aux besoins des élèves et de leurs parents, des étudiant-e-s et des personnels, ces moyens sont dérisoires. À la pénurie, le rectorat de Lille répond par l’augmentation du nombre des établissements couverts par chaque AS (2,3 voire 4 établissements) ce qui entraîne de facto la disparition des postes en zone RELEV (prévention de la violence). Dans ces établissements où les élèves rencontrent le plus de difficultés sociales (grosso modo les actuels « Ambition Réussite ») aux côtés des deux CPE et deux infirmier-e-s, il y avait deux AS. Avec le redéploiement, ces dernier-e-s n’y exerceront plus à temps plein. Cette mesure est d’autant plus inacceptable que la misère sociale est toujours aussi prégnante. Ainsi 80% environ des élèves des établissements classés ZEP de Roubaix peuvent être considérés comme pauvres selon les critères officiels. Rappelons aussi que depuis l’instauration des postes d’AS en zone RELEV, aucun des temps partiels n’a été compensé. Le collège Sévigné de Roubaix dispose ainsi de 1,3 ETP (équivalent temps plein) au lieu des deux initiaux. Bref, le rectorat cherche à faire croire qu’il répond aux besoins en faisant intervenir les AS partout y compris dans des zones délaissées notamment dans le Pas-de-Calais, mais c’est aux dépens de tout travail sérieux même en admettant que les collègues s’épuisent à la tâche. Comme il n’y a pas de petites économies, notons que les remboursements des frais de déplacement sont indignes. Enfin, n’oublions pas que les AS ont récemment vu leur garantie de secret professionnel battue en brèche par la loi de prévention de la délinquance. Le redéploiement pourrait alors être un bon moyen de développer la délation institutionnelle en cassant les résistances ancrées dans un travail de longue durée avec les familles et les enfants.

Comme avec « l’Ambition Réussite », c’est bien à une politique de classe que nous sommes confrontés. La compression des coûts accompagne une politique de casse sociale dont les enfants des classes populaires sont une fois de plus les victimes. Face à cette logique, exigeons une École de qualité particulièrement dans les quartiers en difficulté. Cela doit passer entre autre par la création des postes nécessaires, l’abandon du flicage et des pratiques sécuritaires. N’acceptons pas les attaques contre les corps à petit effectif (AS, COP) ne serait-ce que parce qu’elles préfigurent les régressions prochaines pour toutes et tous. Déjà des AS ont appelé à la grève le vendredi 11 mai, ne les laissons pas mener le combat seul-e-s, rejoignons-les !


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois