Le calme avant la tempête ?

mardi 15 mai 2007

Que dire de nouveau ? Pour l’instant rien ne bouge mis à part quelques voitures brûlées. L’attentisme risque de se poursuivre quelques semaines encore : nomination du nouveau gouvernement puis campagne et élections législatives. Cependant, nous sommes loin d’être à l’abri de réveils douloureux. L’élection de Nicolas Sarkozy laisse entrevoir des lendemains sombres. Notamment quand on songe à son discours après les résultats et les mots appuyés : rétablir l’ordre, la morale et l’autorité. Cette aberration nostalgique d’un retour à l’avant mai 68 ! On voit un peu ce que sera la déclinaison dans l’Education nationale : dresser, surveiller et punir pour faire des élèves des travailleurs dociles, flexibles et désolidarisés les uns des autres. Comment alors ne pas s’inquiéter de la situation des élèves sans papiers ? L’ensemble de la communauté scolaire, à travers le réseau RESF devra renforcer la mobilisation. Pour toutes ces raisons, il faut plus que jamais rester vigilants. Ne perdons pas de vue que les projets à venir pour l’éducation émanent également des décisions prises au niveau européen et que les directives existantes (Bologne...) orientent déjà l’éducation vers une marchandisation de l’école et un enseignement davantage tourné vers les desiderata du patronat européen. Il est donc primordial de construire une riposte à l’échelle internationale (voir article).

Face à cette droite dure, et pour éviter qu’elle finisse de nous laminer, nous devons trouver le point d’union entre monde du travail, organisations syndicales, acteurs du mouvement social, associations de quartiers, jeunesse étudiante et des quartiers populaires. Nous ne pouvons nous contenter de lutter chacun séparément alors que nous serons successivement attaqués. La force de la droite, soutenue par les puissances économiques et médiatiques, ne vient que de notre division et de notre faiblesse. Ces prochaines semaines et prochains mois doivent être le moment de construire ces convergences pour unir nos luttes.

La précarité est toujours d’actualité et se pose le devenir des non titulaires de l’Education nationale et les questions autour de la mise en place des CDI dans la fonction publique (voir article). Quant à l’avenir des assistantes sociales scolaires, il est incertain. Personne ne doute de l’utilité de ces personnels, surtout dans une région socio-économiquement sinistrée comme le Nord/Pas-de-Calais. Pourtant, on remet en cause leur rôle, on augmente leur charge de travail, le nombre de leurs missions : on s’attaque aux petits corps de personnel pour parvenir au démantèlement du service public d’éducation (voir l’article).

Si quatre femmes étaient en lice lors des élections présidentielles et le second tour paritaire, le sort des femmes est loin d’être toujours enviable. Cependant, une victoire pour les femmes portugaises : l’adoption de la loi pour l’avortement (voir article).


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois