Discours de Nicolas Sarkozy : des contrevérités pour une régression sociale annoncée

Communiqué de Solidaires
mardi 18 septembre 2007

Le président de la République vient de livrer sa philosophie en matière sociale et de faire un certain nombre d’annonces.
Au-delà des grandes envolées sur la nécessité du dialogue social et de syndicats forts, Nicolas Sarkozy fait preuve d’un
autoritarisme forcené en matière de rapports sociaux qui ne laisse aucune marge de manoeuvre aux organisations syndicales
lors des négociations : il décide des objectifs et du calendrier, et si le résultat de la négociation ne lui plaît pas, il
considère que c’est un « faux accord » et n’en tiendra pas compte. L’instrumentalisation des organisations syndicales est
ainsi programmée : elles ne seraient là que pour donner leur aval à des projets décidés ailleurs !

Sur le fond, à partir du constat que l’organisation sociale actuelle produit plus d’injustice que de justice, Nicolas Sarkozy
veut imposer des mesures qui vont accroître encore les injustices sociales. Au prétexte que notre système social n’est pas
juste, il propose de détruire les derniers éléments de solidarité qui y sont encore présents.

Concernant la durée du travail, il continue d’affirmer à l’encontre de toutes les études économiques que les Français travaillent
moins que les autres alors même que le temps de travail réellement effectué en France est similaire à celui des
autres pays et ce alors même que la productivité du travail est une des plus fortes au monde. Il annonce que la durée du
travail pourra être négociée entreprise par entreprise, remettant ainsi en cause, sans oser le dire, la durée légale de travail.

Concernant les salaires, les augmentations du Smic sont dans le collimateur, étant, selon lui, « sans aucun lien avec les
fondamentaux économiques ». Au-delà de l’habituelle rengaine sur la feuille de paie, aucune mesure n’est évidemment
annoncée pour forcer les entreprises à augmenter les salaires. Pour obtenir des allègements de cotisations sociales, cellesci
n’auront comme obligation que de négocier les salaires, ce dont elles ont déjà l’obligation.

Nicolas Sarkozy indique vouloir combattre la précarité du travail en prônant des mesures qui, toutes, auront pour conséquences
de l’accroître. Ainsi la période d’essai sera augmentée et le licenciement favorisé, le président parlant même
d’un « trop plein de droits ». La refonte du contrat de travail annoncée est à comprendre dans ce cadre et la « conciliation
de la mobilité et de la sécurité » risque de se traduire par simplement plus de précarité pour les salariés. Il reprend
ainsi les propositions du Medef.

La confirmation de la fusion Unedic/Anpe constitue un démantèlement du service public de l’emploi. Elle s’accompagne
d’une annonce de sanctions renforcées pour les chômeurs et d’une volonté de réduire leur durée d’indemnisation.

Le président de la République affirme que notre système social n’est pas tenable financièrement. Il ne l’est évidemment
pas si on se refuse à modifier le partage de la richesse produite dans les entreprises et si tous les gains de productivité
continuent à être accaparés par les actionnaires. Il est significatif qu’aucune allusion n’ait été faite au récent rapport de
la Cour des comptes qui montre qu’une partie des difficultés financières de la Sécurité sociale provient du fait que les
stocks-options ne sont pas soumises à cotisations sociales.

Concernant la santé et la dépendance, après avoir réaffirmé le principe de solidarité, il s’empresse aussitôt d’en détruire
les fondements : mise en place d’une franchise médicale dont le seul effet sera d’accroître les inégalités d’accès aux soins
et en définitive les dépenses de l’assurance-maladie ; remise en cause du remboursement à 100 % des affections de
longues durée (ALD) ; volonté de développer les assurances privées individuelles qui accroîtront les inégalités sociales.

La « réforme » des retraites sera menée tambour battant dès le premier semestre 2008. Elle vise explicitement à augmenter
encore la durée de cotisation pour tous les salariés. L’équité envisagée avec la réforme des régimes spéciaux n’est
conçue que comme un alignement permanent vers le bas. Le seul choix laissé aux salariés est de travailler toujours plus.
La volonté d’aller très vite sur les régimes spéciaux vise à casser toute possibilité de lutte « tous ensemble » quand ces
mesures seront prises.

Face à des orientations porteuses d’une régression sociale d’ampleur, la mobilisation unitaire des salariés est l’unique
solution. Dans cette situation, l’Union syndicale Solidaires lance un appel à toutes les organisations syndicales pour que
se constitue un front syndical commun pour développer dans les semaines qui viennent des initiatives de mobilisations
à tous les niveaux.

Le 18 septembre 2007


Documents joints

Communiqué Solidaires : discours Sarkozy
Communiqué Solidaires : discours Sarkozy

Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

AIR FRANCE : SOUTIEN AUX SALARIÉ-ES !

mardi 17 novembre 2015

SUD éducation 59/62 réaffirme son soutien aux salarié-es d’Air France victimes d’un chantage odieux à l’emploi, et aux salariés du sol et pilotes incriminés par la direction pour en faire des exemples. Six d’entre eux ont été mis à pied sans solde. Des procédures de licenciement sont menées sans élément tangible. Ne nous y trompons pas : la direction d’Air France veut se faire justice, casser un mouvement social légitime, et elle tente un contre-feu pour masquer ses errements.

La vérité sur les procédures.
Air France c'est ça ! (SUD Aérien)
La mobilisation / Les vrais comptes d'Air France (Alter).

CAISSE DE SOLIDARITÉ : PARTICIPEZ !




Toute l'info sur solidaires.org

EN GRÈVE LE 8 OCTOBRE !

jeudi 8 octobre 2015

SUD éducation 59/62 appelle à la grève le 8 octobre.
L’Union syndicale Solidaires est partie prenante de cette mobilisation unitaire.
logo Solidaires
→ Lisez le communiqué commun de septembre
→ Lisez l'appel CGT - FSU - Solidaires de juin
→ Retrouvez le 8 octobre dans le n°131 de Solidaires en action

PPCR : PASSAGE EN FORCE

jeudi 1er octobre 2015

Solidaires Fonction publique constate que le gouvernement ne respecte plus les accords de Bercy, en passant outre l’opposition majoritaire des syndicats au protocole PPCR !

→ Le communiqué de Solidaires Fonction publique
→ TOUT SUR LE PPCR : tapez PPCR dans le moteur à mots-clefs de Solidaires

SUD éducation soutient la grève à Radio-France

mardi 24 mars 2015

Les revendications portées par les salarié-es ne sont toujours pas entendues, ou peu s’en faut. Le service nettoyage dont certaines personnes ont été écartées après 25 ou 30 ans de service, a été réintégré, c’est une petite victoire. Pour le reste, les salarié-es dénoncent la souffrance au travail et la confusion entre service public et "marque". La grève a été reconduite. Avec nous le 9 avril ?

SUD éducation soutient la grève.

Communiqué intersyndical
SUD Radio France en grève
Le Meilleur des Ondes
Le Concert Interdit

Les capitalistes nous coûtent cher

lundi 9 février 2015

Le Réseau européen des syndicats alternatifs et de base lance une campagne internationale unitaire Les capitalistes nous coûtent cher.
PREMIÈRE AFFICHETTE (ou ici)

Les Capitalistes nous coûtent cher !

la campagne de Solidaires
la motion du Réseau européen

Menaces de mort à l’encontre d’un camarade !

vendredi 6 décembre 2013

Stop aux agressions fascistes !

Un jeune camarade de SUD étudiants Lille a reçu cette semaine, dans sa boîte aux lettres, une lettre anonyme contenant des menaces de mort.

L’Union syndicale Solidaires 59/62 prend très au sérieux cette nouvelle provocation fasciste. En effet ce jeune camarade a déjà fait l’objet de violences fascistes le 26 mars 2012, qui ont donné lieu à une main courante à l’époque.

De plus, les caves de la bourse du travail ont été marquées de 2 croix gammées, dans la nuit du 2 au 3 décembre 2013. Ce courrier s’inscrit dans le climat actuel de déchaînement raciste et xénophobe, comme rarement le pays a pu en connaître, de haine anti-rom, alors que 110 Roms sont actuellement accueillis à la bourse du travail de Lille.

L’Union syndicale Solidaires 59/62 appelle l’ensemble des syndicats, les organisations démocratiques et antifascistes à s’opposer avec la dernière des énergies aux idées et aux menaces fascistes qui se développent dans le pays.

Elle invite à ce titre à une réunion unitaire dans les locaux de l’Union syndicale Solidaires de la Bourse du Travail de Lille, 174, Bd de l’Usine, ce Lundi 9 décembre à 18 h.

Le communiqué du 6 décembre de Solidaires 59/62.

Fonction publique : abrogation de la journée de carence à compter du 1er janvier 2014

vendredi 15 novembre 2013

Le 13 novembre 2013, lors de la discussion budgétaire, l’Assemblée Nationale a voté l’abrogation du jour de carence à compter du 1er janvier 2014.

Cette abrogation avait été annoncée suite à la grève massive du 31 janvier 2013, à l’appel unitaire de l’intersyndicale CGT-FSU-Solidaires.

L’Union syndicale Solidaires n’a depuis cessé d’exiger l’abrogation effective de cette journée de carence, sans aucune efficacité en faveur de l’équité public /privé, et qui porte même préjudice à bien des agent-es malades.

Elle revendique que soient également abrogées les journées de carence pour les salarié-es de droit privé.

- Le communiqué de Solidaires Fonction publique du 14 novembre 2013.

{{Assemblée Générale extraordinaire de l’union syndicale Solidaires Nord-Pas-de-Calais}}

mercredi 3 octobre 2007

Le vendredi 5 octobre 2007 De 9H00 à 12H30

Salle des Célestines (La salle se situe rue des célestines, face au palais de justice de Lille)

A l’ordre du jour :

- Points sur les mobilisations autour de la grève du 18 octobre : Au niveau régional, compte-rendu des différentes intersyndicales : cheminots, Fonction Publique, ...) ;

- Au niveau national (compte-rendu du comité national de Solidaires du 4 octobre) ;

- Débat autour de la mobilisation et de la construction du rapport de force.

RAPPEL : CETTE AG EST OUVERTE A TOUS LES ADHERENTS.

30 000 manifestants à Lille ce 7 mars : la répression de la jeunesse comme réponse du pouvoir

mercredi 8 mars 2006

Communiqué de presse de l’Union Syndicale Solidaires Nord Pas de Calais

Mardi 7 mars 2006

Malgré la puissante démonstration de la jeunesse et du mouvement syndical de jeudi 7 mars, l’arrogance du pouvoir s’est traduite par des charges policières et une vingtaine d’interpellations à la manifestation Lilloise, 2 à Arras. Un militant a du être hospitalisé au CHRU.

L’Union Syndicale Solidaires dénonce cette répression du mouvement social et de la jeunesse. La légitimité de la lutte contre le CPE et le CNE est incontestable. Alors que la précarisation sociale touche 20 millions de personnes de ce pays soit un tiers de la population, la réponse à apporter aux revendications de la jeunesse se situe à mille lieues des coups de matraques et du 49-3.

L’Union Syndicale Solidaires exige la libération immédiate des jeunes et exige qu’aucune poursuite ne soit entreprise à leur encontre. Elle appelle de ses vœux la poursuite de l’action contre le CPE et à un soutien grandissant du monde du travail et de la jeunesse.