Franchises médicales : une nouvelle attaque contre l’accès aux soins pour toutes et tous

vendredi 28 septembre 2007

Dernière annonce de l’Elysée en matière de santé : l’instauration d’une franchise médicale de 50 euros par an par assuré-e social. Lors de la campagne présidentielle, le candidat Sarkozy prétendait vouloir financer ainsi le déficit de la Sécurité Sociale et « responsabiliser » les malades... Quelques mois plus tard, l’objectif a radicalement changé ; il s’agit désormais de financer un plan de lutte contre le cancer et la maladie d’Alzheimer à hauteur de 850 millions d’euros alors même que les professionnels de la santé indiquent que cela nécessiterait plus de 6 milliards d’euros.

Hypocrisie, arnaque, mensonge pour faire passer la pilule d’une mesure injuste... La digestion s’annonce difficile pour la majorité de la population. Une chose est sûre, c’est que ces franchises se rajouteront à ce que les assuré- e- s sociaux doivent déjà payer, et c’est toujours et encore plus.

Rafraîchissons-nous la mémoire : en 1967 était instauré le ticket modérateur (partie non remboursée par la Sécurité Sociale). Depuis ont été mis en place :

• le déremboursement de nombreux médicaments ;

• l’instauration d’un forfait hospitalier fixé à 16 euros et le forfait d’un euro sur tous les actes médicaux (depuis le 1er août cela peut aller jusqu’à 4 euros) ;

• la participation forfaitaire de 18 euros sur les actes médicaux supérieurs à 91 euros.

Les dépassements d’honoraires peuvent atteindre aujourd’hui plusieurs milliers d’euros pour une opération. En moyenne, ce qui reste à payer pour se soigner est actuellement estimé à 240 euros par personne et par an.

L’instauration annoncée d’une nouvelle franchise, en aggravant cette politique menée depuis plusieurs années par la droite, vise à développer une nouvelle logique au sein de l’assurance-maladie qui la fera ressembler de plus en plus à une simple assurance privée. Alors que dans l’assurance-maladie, chacun-e cotise en fonction de ses revenus et est soigné en fonction de son état de santé, la mise en place d’une telle franchise va accroître les inégalités en matière de soins. Les moins favorisé-e-s devront renoncer à des soins essentiels comme c’est déjà le cas pour les lunettes et pour les dents.

Face à cette nouvelle remise en cause des principes fondateurs de la Sécurité Sociale et à la mort programmée de ce système solidaire, il est important que le front le plus large possible s’organise. C’était le sens de la journée de mobilisation unitaire qui a eu lieu le 29 septembre. Il est nécessaire qu’elle soit le début d’un rapport de force national pour faire reculer le gouvernement sur cette mesure inique.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois