L’abbé Hirsch promet le chemin de croix aux précaires

mercredi 7 mai 2008

Martin Hirsch, ancien patron d’Emmaüs converti en Haut Commissaire aux Solidarités Actives a pondu son RSA (Revenu de Solidarité Active).À l’essai dans plusieurs départements dont le Nord et le Pas-de-Calais, il doit être généralisé d’ici octobre 2008. Il permettrait aux allocataires des minima sociaux « de reprendre un emploi en activité réduite [et] d’améliorer leurs revenus » en n’oubliant pas de se « réinsérer » dans le merveilleux monde du salariat. Borloo vendait la même soupe avec son plan de cohésion sociale. Celles et ceux qui ont expérimenté les CAE et contrats d’Avenir et qui sont aujourd’hui jetés comme des kleenex ont sans doute apprécié de s’épanouir dans un travail de merde sous payé tout en voyant la formation promise leur passer sous le nez.

Les luttes actuelles, à la Redoute ou ailleurs, montre qu’il n’est plus possible de vivre avec un SMIC. Que dire alors, avec moins de 900 euros mensuels ? Il faut encore subir un flicage féroce dans les Maisons de l’emploi où le contrat à temps partiel « libérateur » n’est rien d’autre qu’un travail forcé. On retrouve là une idéologie nauséeuse : la dignité dans le travail quel qu’en soit le salaire. Qu’importe alors que les précaires ne s’ouvrent aucun droit au chômage ou à la retraite. Survivre jusqu’à 65 ans pour toucher le minimum vieillesse, c’est si épanouissant... si on ne crève pas avant faute de soins.

Bien sûr Patronat et État-patron y trouvent leur compte. Pour presque pas un rond, ils récupèrent un personnel bien utile. Ils bénéficient d’exonérations de « charges » sociales, l’essentiel des salaires est payé par nos cotisations sociales ou nos impôts (RMI, ASS...). Quant au RSA, il sera financé avec la prime pour l’emploi. Quand les riches profitent du paquet fiscal, les classes populaires financent l’exploitation des précaires ! Enfin, ces joyeuses innovations rognent encore un peu sur les droits du travail. Précisons encore que les collectivités locales pourront largement adapter à leur sauce le RSA, histoire de déréglementer un peu plus le travail. Comme l’écrivait l’association de chômeurs/ses AC, c’est « le plein emploi précaire » que nous prépare le RSA.

Alors amplifions le combat, soyons solidaires de nos collègues précaires, l’Éducation Nationale étant l’un des premiers négriers de France. Soutenons-les dans leur combat pour l’amélioration de leurs conditions de travail, la pérennisation de leur emploi et à terme leur titularisation comme le demandent les nombreux collectifs d’EVS et d’AVS (aide aux élèves handicapés, assistance des directeurs/rices d’école, etc.).


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois