“En finir avec les stratégies perdantes !”

dimanche 7 septembre 2008

Paradoxe de la situation sociale : des millions de salarié-e-s sont descendus cette année dans la rue et ont lutté dans leur entreprise pour faire aboutir leurs revendications ; et pourtant le sentiment général a souvent été celui de l’inefficacité et du désabusement.
Faut-t-il continuer à appeler à des journées d’action successives souvent perçues comme sans lendemain voire comme des échecs ?

Les syndicats de l’Union syndicale Solidaires ont appelé à la grève les 15 mai, 22 mai, 10 juin et 17 juin parce qu’ils ont fait le choix d’essayer de construire un mouvement à la hauteur des enjeux et des rapports de force pour répondre aux attaques du gouvernement et du patronat. Le choix de soutenir toutes celles et ceux qui luttent ne signifie pas pour autant taire les difficultés et les débats sur les stratégies d’action.
Qu’est-ce qui ne marche pas ?

Sans oublier l’effet souvent désastreux du traitement médiatique des mouvements sociaux, il y a avant tout une insuffisance d’explications syndicales sur les enjeux, une division syndicale et un éclatement des appels secteur par secteur, allant de pair avec le refus des principales organisations de coordonner des mouvements reconductibles nés dans des secteurs différents.

Pourtant, chaque salarié-e comprend que face aux attaques, c’est tous ensemble qu’il faut agir, et non profession après profession. Chacun-e comprend aussi qu’aujourd’hui il ne suffit plus de “montrer son désaccord” à travers des journées d’action isolées dont la succession finit par démobiliser les plus convaincu-e-s sans attirer les autres.
Les organisations syndicales et leurs responsables ne sont-ils pas capables de le comprendre ? Ou bien la question est-elle ailleurs ?
Le problème semble bien plus grave, les appareils syndicaux sont angoissés par une chose : leur survie ! Comment expliquer autrement le choix de la CGT d’afficher ses positions communes avec... la CFDT... et le MEDEF ; ou encore le choix de FO de ne pas appeler aux manifestations interprofessionnelles du 17 juin sur les retraites ?

Nous n’avons pas la prétention de dire qu’aujourd’hui Solidaires serait la seule organisation syndicale fréquentable ; il serait idiot de nier nos propres difficultés et contradictions. Une différence cependant, c’est qu’il n’y a pas “d’appareil” à protéger, de “places” à défendre.
Nos débats montrent la volonté de tirer, avec tous, les bilans nécessaires et de ne pas se contenter d’enchaîner des appels à mobilisation. De nombreux/ses militant-e-s et salarié-e-s se posent les mêmes questions.

Il faut en finir avec les stratégies perdantes ! Que chaque organisation syndicale s’engage dès la rentrée dans la construction d’un mouvement interprofessionnel, unitaire, reconductible en Assemblées Générales pour contrer les politiques du gouvernement et du patronat.


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois