COMMUNIQUE DE PRESSE DE SOLIDAIRES

jeudi 20 novembre 2003

Communiqué le 18 novembre 2003

Le conseil des Ministres examine ce mercredi 19 novembre le projet de loi relatif à la négociation collective et à la formation professionnelle. François Fillon présente ce projet de loi en assurant qu’il s’agit de la traduction législative de deux accords conclus entre les organisations syndicales présumées représentatives et le MEDEF.

S’agissant de la formation professionnelle, le texte du projet de loi va au-delà du texte de l’accord d’octobre 2003 en instituant que le principe du droit individuel à la formation (DIF) devrait se dérouler hors temps de travail, sauf accord contraire. S’agissant de la négociation collective, le projet de loi comporte deux volets consacrés respectivement aux conditions de conclusions des accords et au principe de faveur inscrit dans le Code du Travail.

C’est évidemment ce dernier volet qui constitue la plus importante attaque contre le droit du travail. Le projet de loi institue le principe d’accords dérogatoires. Au niveau de l’entreprise, les accords pourraient ainsi être être moins favorables que les accords de branche. C’est la voie ouverte à la régression sociale et à l’éclatement du salariat.

Pour mettre en oeuvre cette revendication patronale, le projet de loi modifie les conditions de conclusion des accords. Contrairement à ce qui est annoncé, il n’est pas question d’accord majoritaires. Le projet de loi prévoit un droit d’opposition au niveau des branches et des entreprises. Ce sont ainsi les non-signataires qui doivent être majoritaires, en nombre d’organisations pour la branche et en voix au niveau de l’entreprise.

Le projet ne modifie en rien les modalités de la représentativité syndicale. Au lieu de mettre en oeuvre des dispositions démocratiques, fondées sur des élections libres établissant la représentativité effective des organisations syndicales, le projet du Ministre maintient la présomption irréfragable de représentativité pour les cinq organisations visées à l’Arrêté du 31 mars 1966. C’est le maintien d’un principe totalement antidémocratique.

Enfin, le projet de loi systématise la possibilité de conclure des accords avec des élus (CE/DP) et avec des salariés mandatés sans recourir à la consultation des salariés. Si ce projet devait être adopté, ce serait la possibilité pour le patronat d’imposer au niveau de l’entreprise, ses décisions, sans contre-pouvoirs. Ce projet remet en cause les garanties collectives protectrices des droits des salariés. Il n’est pas acceptable.


93 bis rue de Montreuil 75011 Paris - Téléphone : 01 58 39 30 20 - Fax : 01 43 67 62 14 - email : contact@solidaires.org


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

AIR FRANCE : SOUTIEN AUX SALARIÉ-ES !

mardi 17 novembre 2015

SUD éducation 59/62 réaffirme son soutien aux salarié-es d’Air France victimes d’un chantage odieux à l’emploi, et aux salariés du sol et pilotes incriminés par la direction pour en faire des exemples. Six d’entre eux ont été mis à pied sans solde. Des procédures de licenciement sont menées sans élément tangible. Ne nous y trompons pas : la direction d’Air France veut se faire justice, casser un mouvement social légitime, et elle tente un contre-feu pour masquer ses errements.

La vérité sur les procédures.
Air France c'est ça ! (SUD Aérien)
La mobilisation / Les vrais comptes d'Air France (Alter).

CAISSE DE SOLIDARITÉ : PARTICIPEZ !




Toute l'info sur solidaires.org

EN GRÈVE LE 8 OCTOBRE !

jeudi 8 octobre 2015

SUD éducation 59/62 appelle à la grève le 8 octobre.
L’Union syndicale Solidaires est partie prenante de cette mobilisation unitaire.
logo Solidaires
→ Lisez le communiqué commun de septembre
→ Lisez l'appel CGT - FSU - Solidaires de juin
→ Retrouvez le 8 octobre dans le n°131 de Solidaires en action

PPCR : PASSAGE EN FORCE

jeudi 1er octobre 2015

Solidaires Fonction publique constate que le gouvernement ne respecte plus les accords de Bercy, en passant outre l’opposition majoritaire des syndicats au protocole PPCR !

→ Le communiqué de Solidaires Fonction publique
→ TOUT SUR LE PPCR : tapez PPCR dans le moteur à mots-clefs de Solidaires

SUD éducation soutient la grève à Radio-France

mardi 24 mars 2015

Les revendications portées par les salarié-es ne sont toujours pas entendues, ou peu s’en faut. Le service nettoyage dont certaines personnes ont été écartées après 25 ou 30 ans de service, a été réintégré, c’est une petite victoire. Pour le reste, les salarié-es dénoncent la souffrance au travail et la confusion entre service public et "marque". La grève a été reconduite. Avec nous le 9 avril ?

SUD éducation soutient la grève.

Communiqué intersyndical
SUD Radio France en grève
Le Meilleur des Ondes
Le Concert Interdit

Les capitalistes nous coûtent cher

lundi 9 février 2015

Le Réseau européen des syndicats alternatifs et de base lance une campagne internationale unitaire Les capitalistes nous coûtent cher.
PREMIÈRE AFFICHETTE (ou ici)

Les Capitalistes nous coûtent cher !

la campagne de Solidaires
la motion du Réseau européen

Menaces de mort à l’encontre d’un camarade !

vendredi 6 décembre 2013

Stop aux agressions fascistes !

Un jeune camarade de SUD étudiants Lille a reçu cette semaine, dans sa boîte aux lettres, une lettre anonyme contenant des menaces de mort.

L’Union syndicale Solidaires 59/62 prend très au sérieux cette nouvelle provocation fasciste. En effet ce jeune camarade a déjà fait l’objet de violences fascistes le 26 mars 2012, qui ont donné lieu à une main courante à l’époque.

De plus, les caves de la bourse du travail ont été marquées de 2 croix gammées, dans la nuit du 2 au 3 décembre 2013. Ce courrier s’inscrit dans le climat actuel de déchaînement raciste et xénophobe, comme rarement le pays a pu en connaître, de haine anti-rom, alors que 110 Roms sont actuellement accueillis à la bourse du travail de Lille.

L’Union syndicale Solidaires 59/62 appelle l’ensemble des syndicats, les organisations démocratiques et antifascistes à s’opposer avec la dernière des énergies aux idées et aux menaces fascistes qui se développent dans le pays.

Elle invite à ce titre à une réunion unitaire dans les locaux de l’Union syndicale Solidaires de la Bourse du Travail de Lille, 174, Bd de l’Usine, ce Lundi 9 décembre à 18 h.

Le communiqué du 6 décembre de Solidaires 59/62.

Fonction publique : abrogation de la journée de carence à compter du 1er janvier 2014

vendredi 15 novembre 2013

Le 13 novembre 2013, lors de la discussion budgétaire, l’Assemblée Nationale a voté l’abrogation du jour de carence à compter du 1er janvier 2014.

Cette abrogation avait été annoncée suite à la grève massive du 31 janvier 2013, à l’appel unitaire de l’intersyndicale CGT-FSU-Solidaires.

L’Union syndicale Solidaires n’a depuis cessé d’exiger l’abrogation effective de cette journée de carence, sans aucune efficacité en faveur de l’équité public /privé, et qui porte même préjudice à bien des agent-es malades.

Elle revendique que soient également abrogées les journées de carence pour les salarié-es de droit privé.

- Le communiqué de Solidaires Fonction publique du 14 novembre 2013.

{{Assemblée Générale extraordinaire de l’union syndicale Solidaires Nord-Pas-de-Calais}}

mercredi 3 octobre 2007

Le vendredi 5 octobre 2007 De 9H00 à 12H30

Salle des Célestines (La salle se situe rue des célestines, face au palais de justice de Lille)

A l’ordre du jour :

- Points sur les mobilisations autour de la grève du 18 octobre : Au niveau régional, compte-rendu des différentes intersyndicales : cheminots, Fonction Publique, ...) ;

- Au niveau national (compte-rendu du comité national de Solidaires du 4 octobre) ;

- Débat autour de la mobilisation et de la construction du rapport de force.

RAPPEL : CETTE AG EST OUVERTE A TOUS LES ADHERENTS.

30 000 manifestants à Lille ce 7 mars : la répression de la jeunesse comme réponse du pouvoir

mercredi 8 mars 2006

Communiqué de presse de l’Union Syndicale Solidaires Nord Pas de Calais

Mardi 7 mars 2006

Malgré la puissante démonstration de la jeunesse et du mouvement syndical de jeudi 7 mars, l’arrogance du pouvoir s’est traduite par des charges policières et une vingtaine d’interpellations à la manifestation Lilloise, 2 à Arras. Un militant a du être hospitalisé au CHRU.

L’Union Syndicale Solidaires dénonce cette répression du mouvement social et de la jeunesse. La légitimité de la lutte contre le CPE et le CNE est incontestable. Alors que la précarisation sociale touche 20 millions de personnes de ce pays soit un tiers de la population, la réponse à apporter aux revendications de la jeunesse se situe à mille lieues des coups de matraques et du 49-3.

L’Union Syndicale Solidaires exige la libération immédiate des jeunes et exige qu’aucune poursuite ne soit entreprise à leur encontre. Elle appelle de ses vœux la poursuite de l’action contre le CPE et à un soutien grandissant du monde du travail et de la jeunesse.