ON ACHÈVE BIEN LES LP

samedi 7 février 2009

Le 30 janvier se tenait au rectorat la grand messe académique des proviseurs de lycées professionnels avec un maître mot : AUTONOMIE des ÉTABLISSEMENTS.

Sans surprise, un bond supplémentaire est fait dans le démantèlement : contrairement aux effets d’annonce, aucune création de nouvelle spécialisation de Bac PRO 3 ans n’est prévue alors que la disparition des sections BEP, elle, est bien effective. Quant aux CAP, ils sembleraient en nombre suffisant… Les DGH tardent à tomber mais chaque chef d’établissement va recevoir un volume d’heures poste, en baisse significative, qu’il/elle (fait nouveau) répartira à sa guise sur l’enseignement général puisque les grilles horaires disparaissent, et une confortable enveloppe d’heures supplémentaires.

Sans être devin, les répercutions sont aisées à envisager :
- suppressions massives de postes (169 annoncées dans l’académie) et de sections, fusions des établissements (économie de personnel enseignant et administratif). Ainsi le LP Cousteau à Wasquehal perdrait 20 postes sur 40. Certains proviseurs gèrent déjà deux établissements ;
- mise en concurrence des lycées mais aussi des personnels. Comme les grilles horaires n’existent plus, chaque pro voit son pouvoir accru puisque lui/elle seul-e décide de la répartition par matière. Sans être paranoïaque, il est facile de deviner qu’un recours massif aux contractuel-le-s et autres précaires va devenir le seul moyen de fonctionner pour certains lycées et que de nombreux postes de titulaires seront supprimés.
- chantage et pression sur les profs vont s’intensifier : soit ils/elles acceptent beaucoup d’heures sup et conservent leur poste, voire ont leurs classes dédoublées ( petit détail, les groupes passent à 18), soit ils/elles seront invités à aller faire leur service sur deux ou trois établissements. La prime promise (et pas forcément payée) ne va qu’accélérer le processus. Le/la pro va enfin pouvoir choisir son personnel !

Quant aux élèves, certain-e-s auront intérêt à être mobiles s’ils/elles souhaitent continuer dans la section choisie. D’ailleurs, l’argument démographique n’est même plus évoqué pour justifier les fermetures de sections : à Grande-Synthe ou dans le Calvados, l’électrotechnique ferme alors que les sections sont pleines et débouchent plus facilement que d’autres sur un emploi.

Plus grave encore, chaque lycée va se voir contraint de faire sa petite cuisine maison avec les moyens alloués ; c’est vraiment la fin des diplômes nationaux. Mais quelle valeur vont avoir ces Bac professionnels passés sans référentiels et sans horaires communs, sans même parler des futurs BEP ?

L’ heure n’est pas à l’indignation mais à la mobilisation  : 

Assurons-nous que la commission permanente est mise en place ; elle est obligatoire. Boycottons le premier CA. Lors du second, votons contre la répartition de la dotation. Néanmoins, ce vote se fera sur des documents illégaux puisque les arrêtés sont provisoires et non signés ! Les délais sont très courts : si 3 ou 4 établissements ne font pas remonter les DGH dans le laps de temps imparti, le rectorat va avoir du mal à mettre en place cette réforme bâclée et précipitée.

Dés réception des dotations, que chaque LP, touché ou non par les mesures, se manifeste, auprès de SUD ou d’une AG de bassin, de manière à créer une coordination académique (une lutte isolée a peu de chance d’aboutir à une victoire).

Refusons encore et toujours les heures supplémentaires, et soutenons les précaires pour qu’ils soient titularisés. Faisons grève en nombre et reconduisons les mouvements. Contactons et informons les parents pour qu’ils se mobilisent et se battent avec nous pour les écoles de leurs enfants.


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois