RASED : bilan du Collectif

mercredi 20 mai 2009

Depuis septembre 2008, le collectif RASED se bat contre le démantèlement programmé des Réseaux d’Aide et du service public d’éducation en général. Dans ce cadre, la pétition Sauvons les RASED a recueilli 233 642 signatures en ligne. De même, les interventions du Collectif dans les Conseils d’Ecole et la diffusion de l’information auprès des enseignant-es, des parents ou des élu-es ont amené de nombreux établissements à adopter des motions refusant clairement la suppression des Réseaux d’Aide. Des courriers individuels ou collectifs ont été adressés aux élu-es, aux partis politiques, au Ministère ainsi qu’à l’Élysée. Les syndicats ou les personnalités du monde éducatif
et culturel ont été interpelés tandis que l’information sur les luttes et les spécificités du RASED étaient relayées par le biais de la presse locale. Le Collectif RASED s’est joint aux actions locales et nationales (nuit des écoles, rassemblements, journées des 19 octobre, 4 novembre, 20 novembre, 29 janvier, 19 mars, ...) Il a multiplié les AG et les
demandes d’audiences auprès de la hiérarchie...

Mais, contrairement à ce qui a pu être dit, il n’y a eu aucun recul du ministère et aucun développement du dispostif RASED. Nul-le ne peut se satisfaire du « 1 500 au lieu de 3 000. »

À l’heure actuelle (en dehors de la circulaire 2002-113 du 30 avril 2002 définissant le rôle des RASED), le seul écrit à caractère officiel reste la lettre de la DGESCO du 3 mars 2009 qui médicalise davantage la difficulté scolaire et considère comme acquis la semaine de 4 jours tout en confirmant l’aide personnalisée en dehors du temps scolaire.
Cette lettre entretient en outre le flou et la confusion sur le rôle et l’affectation des enseignant-es du RASED sédentarisés... qui recevraient, contrairement à leurs homologue, une lettre de mission (ou de service) définie par les IEN. Le risque est grand, de fait, de voir apparaître deux types de RASED aux fonctions différentes, tandis que la prise en
charge de l’ensemble des élèves en difficulté dépendra du bon vouloir des IEN ou des stratégies locales... De plus, lorsque certain-es enseignant-es susceptibles d’être sédentarisés sont convoqués par leur IEN, ils/elles disposent de très peu de temps pour réfléchir à la
« proposition » de leur hiérarchie... Un délai bien mince, à mettre en parallèle avec le mépris auquel se heurte le Collectif lorsqu’il demande une audience aurpès de l’IA... Dans le contexte actuel de destruction du service public d’Éducation, le Collectif RASED a, par ailleurs, bien
d’autres sujets d’inquiétude. La Circulaire de 2002 est en cours de
« toilettage », et l’on peut craindre que les missions, pourtant essentielles, de prévention du RASED n’y figurent plus... De plus, lors de la mise en place des futurs EPEP, qui sera le supérieur hiérarchique des enseignant-es sédentarisés, l’IEN ou le/la directeur/trice de l’EPEP. Un point noir de plus pour les EPEP !


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois