Réforme du lycée : Rapports Apparu et Descoings, la balle est dans le camp du gouvernement !

mardi 9 juin 2009

B.Apparu, rapporteur UMP de la mission d’information des affaires culturelles de l’Assemblée nationale, a rendu public son rapport le 27 mai. Le 2 juin, R. Descoings, président de Sciences Po Paris, chargé par N.Sarkozy de reprendre la réforme du lycée vient faire de même, précédant d’une dizaine de jours la date annoncée. Le rapport de B.Apparu se distingue par des mesures grossièrement libérales dont nombre étaient déjà présentes dans la première version de la réforme Darcos. Parmi les plus dangereuses, on retrouve en classe de Seconde l’idée de 4 modules semestriels, la nette volonté de réduire le temps d’enseignement des lycéens (de 5 à 8 h en moins) avec l’objectif affiché de s’inscrire dans les suppressions de postes programmées. Pour le reste, Bac partiellement en CCF, réduction des redoublements en seconde obtenue avec des stages de remise à niveau durant les vacances ( !), redéfinition du statut des enseignants et régionalisation du service d’orientation complètent le tableau.

Le rapport Descoings semble, d’après les déclarations du Président de la République le 2 juin, devoir servir de base à la prochaine réforme. Le rapport, à certains égards plus prudent, traduit par endroit une compréhension du milieu acquise par les expérimentations en Lycée que finance et pilote l’IEP. Parmi les axes retenus par Descoings, notons l’orientation avec notamment des stages en entreprises généralisés, des partenariats avec des établissements du supérieur, un système de réorientation complexe mais qui vise aussi l’économie. Au-delà d’une seconde vraiment indifférenciée et sans module, l’architecture des séries n’est pas bouleversée ; des recommandations pour renforcer l’attrait de la voie technologique ou de la série L précèdent tout un catalogue de mesures, de l’évaluation à l’arrêt des cours à 15h. Comme dans « ses » lycées expérimentaux, Descoings plaide pour une réforme par capillarité, à moyens constants : ainsi on pourrait réduire à 30 les élèves en seconde des établissements difficiles …en augmentant les effectifs du plus grand nombre !

Au-delà du détail des mesures, la Fédération Sud Education ne peut pas cautionner cette manière de voir certes moins catastrophique que celle du classique libéral Apparu. Les personnels, les parents et les élèves n’ont aucune illusion à entretenir : Sarkozy saura introduire les suppressions de postes programmées par son gouvernement mais « oubliées » par le rapport Descoings, car cela reste actuellement la motivation essentielle de ce gouvernement.

La fédération sud Education réaffirme ses revendications :

Le rétablissement des postes supprimés, l’arrêt des 8O OOO suppressions de postes engagées

Le refus de toute « expérimentation » gouvernementale d’une réforme dans ce contexte. La liste des 123 établissements tests doit être retirée.

Une véritable transformation démocratique du lycée qui doit notamment s’appuyer sur

Des créations de postes nécessaires au fonctionnement d’une école plus égalitaire.

Des réductions d’effectifs par classe, des groupes réduits, du temps de concertation pour les équipes inclus dans les maxima de service...

l’inverse de ce que la politique de suppressions d’emplois publics permet !

Saint Denis le 6 juin 2009

- Tract en pdf
- Communiqué intersyndical sur l’expérimentation de la réforme du lycée ici


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Professeur-es documantalistes : faire respecter nos droits !

vendredi 10 juin 2016

Plusieurs mois après l’entrée en vigueur du décret n°2014-940 relatif aux obligations de service, les professeur-e-s documentalistes sont toujours confronté-e-s à de nombreuses difficultés pour l’application du texte et se heurtent régulièrement au refus du décompte de 2 heures dès lors qu’ils assurent une heure d’enseignement ou à des interprétations variables du texte selon les établissements et les académies.

JPEG - 5 ko

L’intersyndicale nationale CGT’éduc, SNALC, SNES, SNUEP, SUD éducation propose à la signature une pétition pour le respect des droits des professeur-e-s documentalistes.

Enseignant-es du 2nd degré : bientôt plus d’une heure sup’ obligatoire ?

samedi 14 février 2015

Le ministère a produit un projet de circulaire sur les missions et obligations réglementaires de service des enseignant-es du second degré en application des décrets n°2014-940 et n°2014-941 du 20 août 2014.

La mise en œuvre des nouveaux statuts des enseignant-es du second degré menace les conditions de travail, comme nous l’avions dit.

Lisez le communiqué du 13 février de la fédération SUD éducation.

La note de vie scolaire, c’est fini !

dimanche 8 décembre 2013

Depuis la création de la note de vie scolaire, SUD éducation 59/62 et la fédération des syndicats SUD éducation s’opposent à cette évaluation chiffrée du comportement. Notre lutte unitaire et déterminée a porté ses fruits !

Ce vendredi 6 décembre, lors du Conseil supérieur de l’éducation (CSE), le ministre a annoncé la suppression de la note de vie scolaire.

Si la suppression n’est pas encore réglementaire, cette annonce dans un cadre officiel permet dans les établissements de fonder le refus de renseigner cette note injuste à l’occasion des conseils de classe – s’il est encore temps ! Rappelons que l’existence de cette note n’a pas été reprise dans la loi d’orientation et de programmation dite « de refondation de l’école ».

Combattue par SUD éducation depuis son instauration, sa demande de suppression avait fait l’objet d’un vœu quasiment unanime lors du CSE du 19 septembre. A défaut de prendre la décision d’abroger, le ministère s’était alors engagé à saisir en urgence le CSP (conseil supérieur des programmes) pour qu’il rende un avis avant la fin du premier trimestre de l’année scolaire sur la question de sa suppression. Cet avis a été rendu le 21 novembre, mais il a encore fallu attendre deux semaines avant l’annonce du ministre.

La disparition de cet élément d’un « livret ouvrier » des élèves sera – enfin ! – réglementaire avec la publication des décrets et arrêtés qui seront présentés lors du CSE du 19 décembre.

Le communiqué de la fédération SUD éducation du 7 décembre...


Relire (entre autres) sur le site de la fédération SUD éducation :
- Nous ne mettrons pas de note de vie scolaire.
- Note de vie scolaire : ne baissons pas la garde !

ou sur notre site :
- Une injustice de plus : la note de vie scolaire.
- Refusons de noter le comportement de nos élèves !